jeudi 31 mai 2018

Les rêveurs






Détails :

Auteur : Isabelle Carré
Nombre de pages :304
Editions : Grasset
Genre : Contemporain


Résumé :
Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.







Mon avis :
Ce roman fait partie de notre sélection de janvier 2018 pour les 68 premières fois.

J'attendais beaucoup de cet ouvrage. J'avais vu le passage d'Isabelle Carré dans l'émission "La grande librairie" et elle m'avait convaincue.

J'ai toujours une méfiance au début d'un récit de personnalité, peu importe que ce soit une comédienne, une politique ou autre. Ma méfiance tient dans le fait que je ne vois pas toujours l'intérêt de rajouter de la visibilité à des personnes qui en ont déjà et / ou parfois l'utilisation qui est faite de cette notoriété.

Après tout dépend de ce qui est évoqué et de la manière d'écrire bien sur, et cela n'engage que moi aussi !

Isabelle Carré nous livre avec ce premier roman, un récit de souvenirs, d'impressions, d'explications. Je pense qu'il s'agit d'un roman "pause" dans sa vie pour faire un point sur ce qui l'a construite.

Effectivement d'Isabelle Carré je ne retiens que son apparence lisse, sans défauts, elle paraît avoir toujours 25 ans, son sourire presque timide alors qu'elle a une carrière digne de ce nom, ses mots sont doux à l'entendre parler et moi j'ai eu la sensation que rien ne pouvait l'atteindre de manière extrême.

En fait, il n'en est rien. Elle a son lot de souvenirs douloureux et la description qu'elle fait de cette famille dans laquelle elle est née est tour à tour agaçante, touchante, profonde. Les faits énoncés dans ce roman paraissent presque improbable quand on voit la douceur d'Isabelle Carré lors de ses différentes apparitions.

C'est étonnant comme un roman peut semer le doute. Je n'ai encore pas su saisir, ressentir si ce livre m'a marqué parce qu'il m'a permis d'aller au-delà des apparences ou si je suis passée au-dessus de ce livre car finalement je n'en garde pas un souvenir impérissable. Je n'ai pas ressenti une grande empathie pour les différentes personnes présentes dans le récit, l'attachement m'a paru très secondaire finalement et c'est ce qui me gêne pour en faire une très belle lecture. Cependant l'écriture reste très agréable car je l'ai lu rapidement mais peut-être que l'auteure ne vas pas assez loin dans ses sentiments pour décrire les événements compliqués de sa vie, comme si elle aussi restait plus observatrice que actrice de ces instants. Au cours de certains passages je pense que je m'attendais à des mots bien plus forts et dérangeants. Mais lorsque l'on observe la personnalité de l'auteure, le texte est son parfait reflet et ainsi la cohérence est bien présente entre l'écrit et l'oral.

Ce livre me confirme une nouvelle fois qu'il ne faut pas se fier aux apparences et qu'il faut laisser l'esprit œuvrer pour faire la part des choses.

Pour finir je dirais que c'est un avis mitigé du coup pour cette lecture mais je suis curieuse d'avoir vos avis pour comprendre peut-être ce qui a pu m'échapper !





Quelques infos sur l'auteur :






Isabelle Carré est une actrice française, née le 28 mai 1971 à Paris. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans "Se souvenir des belles choses" ainsi que le Molière de la comédienne à deux reprises (en 1999 : Molière pour "Mademoiselle Else" et en 2004 pour "L'Hiver sous la table").



Aucun commentaire:

Publier un commentaire