mercredi 23 mai 2018

Les nouveaux voisins



Détails :
Auteur : Catherine McKenzie
Nombre de pages :425
Editions : Michel Lafon
Genre : Thriller


Résumé :


Julie Prentice, son mari Daniel et leurs jumeaux de six ans déménagent à Cincinnati pour échapper à une femme qui harcèle Julie depuis la parution de son roman Le Jeu de l'assassin, devenu un best-seller. Le charmant quartier de Mount Adams semble l'endroit parfait pour un nouveau départ.

Mais l'intégration dans cette nouvelle ville n'est pas si facile, et Julie fait rapidement face à une certaine hostilité de la part de ses voisins, notamment Cindy Sutton, la présidente de l'association du quartier. Quoi que Julie fasse, ça ne fait qu'empirer la situation. Heureusement qu'elle peut compter sur John Dunbar, qui vit à côté, et avec qui elle se lie très vite d'amitié. Mais elle est loin d'imaginer qu'une banale conversation avec lui va faire éclater sa vie en morceaux.

Julie et sa famille deviennent bientôt la cible de brimades de plus en plus troublantes et le bonheur apparent de Mount Adams se transforme en cauchemar. La harceleuse de Julie l'a-t-elle retrouvée, ou est-ce que ce sont ses voisins qui lui veulent du mal ? Alors que les tensions grandissent au sein du voisinage, les ennemis se révèlent et les répercussions pourraient être mortelles.




Mon avis :


Les nouveaux voisins.

Titre prometteur !

Titre angoissant quand tu sais qu'il s'agit d'un thriller et que tu vas avoir de nouveaux voisins !

Titre énigmatique si tu ne lis pas la 4ème de couverture.

Titre donc très attirant !

Julie Prentice est le personnage principal de cet ouvrage. Elle est écrivain et elle subit l'obsession d'une personne depuis la parution de son premier ouvrage.

Déménager semble donc la meilleure solution pour cette famille plutôt banale hormis ce détail.

Déménager à Cincinnati n'est malgré tout pas anodin car dans ce quartier résidentiel, chaque microscopique mouvement de cheveux est vu, analysé, décrypté et transmis à la communauté. Ainsi chaque parcelle de liberté diminue selon les actions de chaque habitant.

Julie va découvrir à ses dépens que parfois de simples banalités échangées avec un voisin sont pires que le plus horrible crime que l'on peut imaginer !

C'est un roman qui se lit vite car les rebondissements sont savamment dosés pour ne pas laisser de répit au lecteur. J'ai eu du mal à imaginer que l'apparente tranquillité d'un quartier puisse se révéler aussi destructrice et provoquer de tels dégâts. Mais c'est tout le charme de l'écriture de Catherine McKenzie. Elle m'a entraînée dans les rues de Cincinnati bien plus vite que si j'avais pris l'avion.

J'ai eu des émotions très différentes concernant les personnages, de l'empathie, de l'indifférence, de la pitié pour certaines, de la douleur, du doute. Un joli mélange qui donne une lecture très agréable et qui torture un peu les méninges.

Mon seul bémol est lié à la fin de l'histoire car comparée au reste du récit je l'ai trouvée un peu précipitée, les actions se bousculent sur les derniers chapitres et je crois que j'aurai aimé encore faire durer un peu le suspens, où alors il faut enlever certains petits passages dans l'ensemble du texte pour que le rythme soit moins brutal. Ceci dit, cela ne gêne absolument pas la lecture puisque j'avais hâte de savoir ce qui allait se passer pour la famille de Julie.

Plusieurs théories semblent plausibles au fur et à mesure de la lecture mais finalement j'ai entrevu celle vers laquelle l'auteure nous emmène seulement dans les derniers instants. C'est aussi pour cela que le thriller est à mon sens bien mené, il nous donne presque tous les détails sauf peut-être le plus crucial pour faire avancer notre cheminement vers la résolution.

Une lecture que je vous conseille si vous souhaitez faire monter un peu la pression entre deux romans plus léger par exemple.



Quelques infos sur l'auteur :



Catherine McKenzie est née et vit à Montréal. Avocate diplômée de l'Université McGill, elle exerce le droit entre deux séances d'écriture. Son premier roman, Ivresse, est un best-seller acclamé par la critique tant au Québec qu'au Canada anglais.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire