mercredi 2 novembre 2016

Il en faut peu


Dans le cadre du dernier Masse critique de Babelio, j'ai reçu ce livre :











Détails :

Auteur : William Rejault
Nombre de pages : 224
Editions : Pygmalion
Genre : Contemporain


Résumé :


 Il en faut peu », mon septième livre, est sorti le 29 juin 2016.
Commencé sur l’île de Batz et terminé en Sicile, à Cefalù, trois années de gestation. Mon éditeur ? Pygmalion, et mon éditrice, Florence Lottin, qui me suit depuis dix ans déjà, à l’époque chez J’ai Lu et désormais à la tête de Pygmalion.
Le pitch : Une autobiographie ? Peut-être. Peut-être pas. On s’en fiche un peu. A vous de juger.
« Petites histoires pour ne pas passer à côté de sa vie. C’est l’histoire d’un infirmier qui change de métier plusieurs fois, passe par une maison de disques, dans les mains d’une Chanteuse connue, devient chroniqueur à la télé puis consultant dans un grand groupe français… C’est l’histoire d’une rupture entre deux personnes qui s’aimaient, après onze années de vie commune. C’est l’histoire d’une vie qui n’est rien d’autre qu’une leçon et qui répond à la question : pourquoi faut-il y croire encore ? Et encore. Et encore. C’est un livre qui fait du bien. »
C’est la somme de tout ce que j’ai appris et compris, en version tout public. S’il ne devait en rester qu’un, ce serait celui-là. Je l’aime beaucoup.





Mon avis :

Première découverte de l'auteur pour moi. Je ne savais donc pas dans quoi je m'embarquais et encore moins où j'allais arriver...Une chose était sûre j'avais déjà la chanson dans la tête.

J'ai commencé doucement la lecture de ce joli roman bleu et puis là j'ai été emportée par la vague des pages. Pas besoin de connaître l'auteur, tout (ou presque) est dit dans ce livre.

On y découvre les mille et une vies de William Réjault et on apprend un tas de trucs sur comment voir la vie en rose, comment les amis de mes amis deviennent mes amis, comment passer au travers d'une séparation sans faire trop de dégâts, comment surtout profiter de sa vie et pas de celle du voisin (pas d'intérêt en plus) !

Evidemment il ne nous vend pas du rêve comme ça pour le plaisir, non il a savamment mis à profit les expériences de la vie, de SA vie. Il a tiré les leçons de ses erreurs et de ses actes.

Et ça donne un ensemble savoureux pour le commun des mortels.

J'ai pris plaisir à lire ce livre et à transposer ses expériences avec les miennes. Et le message passe plutôt pas mal, je n'ai pas pu lâcher le livre de la journée. Il faut dire que j'ai eu l'idée de le lire un 1er Novembre...assez glauque comme journée pour avoir envie de se tourner vers un livre qui fait du bien.

Après avoir lu ce livre, je suis piquée au vif de découvrir un peu plus William Réjault et ses 6 premiers livres...(mais comment ai-je pu passer à côté !)

Je vous le conseille fortement car vous passerez un bon moment c'est sur !

Et puis vous aurez une certaine chanson dans la tête qui ne vous lâchera pas de sitôt et qui peut aussi être un bon complément à ce livre pour passer les jours tristes et sans saveurs !

Allez, juste pour le fun et parce que je suis sur que vous en mourrez d'envie, on monte le son et on danse en même temps : Il en faut peu

Je remercie beaucoup Babelio et Pygmalion pour ce beau cadeau !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire