mercredi 30 novembre 2016

La suture

Mon aventure pour les explorateurs de la rentrée littéraire s'est terminée par ce livre :








Détails :

Auteur : Sophie Daull
Nombre de pages : 208
Editions : Philippe Rey
Genre : Contemporain


Résumé :


Alors qu’elle vient de perdre Camille, sa fille de seize ans, Sophie Daull se penche sur le passé de sa mère, Nicole, une femme mystérieuse, disparue elle aussi, il y a trente ans. Munie de maigres indices – quelques lettres et photos tenant dans une boîte à chaussures –, elle entreprend de déchiffrer les lieux et paysages où Nicole a vécu, les visages qu’elle a connus, et tente de reconstituer ainsi une existence troublante.
À larges aiguillées joyeuses, poétiques ou bancales, l’auteure va coudre passé et présent, fiction et réalité, grand-mère et petite-fille, dans ce roman en forme d’enquête généalogique, qui vagabonde dans la France de l’après-guerre jusqu’aux années 80.
Se dessine ainsi la figure de Nicole, dont la frêle beauté et la timidité intriguent, porteuse d’une énigme qu’elle semble elle-même ignorer, chahutée depuis l’enfance par les rudesses d’une vie sans ménagement. Nicole, que le lecteur débusquera avec émotion derrière ses larges lunettes et la fumée de ses Gitanes…






Mon avis :


Rendez-vous des 100 pages : 

 Quel délice de retrouver Sophie Daull ! J'avais tellement hâte de la lire à nouveau bien que ses sujets soient délicats et sensibles...Dans ce livre, il est question de sa mère surtout mais sa fille Camille n'est jamais bien loin. J'aime son écriture toute en finesse, toute en poésie et jamais larmoyante. Pourtant il y aurait de quoi parfois mais elle ne s'apitoie pas sur son sort elle cherche plutôt des explications. C'est un vrai bonheur d'ouvrir ce livre et de découvrir page après page les mots subtilement choisis par l'auteur pour exprimer ses émotions !


Mon avis global : 


 On est prévenus, écrire un avis sur un livre qu'on a énormément aimé c'est compliqué !

C'est la deuxième fois que ça m'arrive avec Sophie Daull, mais je suis obligée (sans aucun regret!) d'admettre que la magie opère magnifiquement bien.

En entrant dans la vie de sa mère, Sophie Daull explore une partie intime de sa vie et nous livre des émotions différentes de celles de son premier livre, Camille, mon envolée. Je ne peux pas dire qu'il s'agit de sentiments plus légers mais l'ambiance est différente. J'ai ressenti ce besoin qu'à l'auteur d'avoir des explications, de faire des recherches, de se poser des questions sur un passé assez compliqué à reconstituer. Il reste des parts d'ombre qui auront du mal à s'éclaircir plus les années passent mais malgré tout Sophie Daull trouve un apaisement dans l'écriture de ce livre, c'est l'intuition que j'en ai !

Le premier roman était très profond et certaines étapes du deuil n'étaient pas franchies. Ici, la situation est différente, on ressent tout de suite plus de calme et le voyage entrepris par Sophie Daull est plus posé.
Ce qui est admirable dans son écriture, c'est que l'auteur allie avec sensibilité humour et sentiments plus délicats. Elle a été capable de m'emmener avec elle dans son périple. J'étais la passagère d'un voyage inattendu, un voyage fait de rencontres et d'histoires, une exploration en terre inconnue pour une famille que je ne connaissais pas du tout. J'ai la sensation en quittant le livre que je la connais un peu plus et j'attends une seule chose c'est la date et l'heure du prochain périple à ses côtés.
C'est un livre beau et attachant car Sophie Daull est une femme comme j'aime beaucoup, forte et fragile !
Capable d'émouvoir sans jamais tomber dans l'exagération ou l'envie qu'on pleure sur son sort, Sophie Daull écrit en premier lieu pour elle et c'est surement ainsi qu'elle nous en met plein les mirettes car on ne triche pas avec soi-même !
Finalement son livre est un vrai bonheur littéraire, il est pur et beau !"

On le devinera assez facilement, ce livre est un de mes coups de cœur 2016.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire