vendredi 15 mars 2019

Les oscillations du coeur






Détails :
Auteur : Anne Idoux-Thivet
Nombre de pages : 332
Editions : Michel Lafon
Genre : Contemporain


Résumé :
Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS.

Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ? En apparence rien, sauf peut-être leur amour pour de curieux petits jouets vintage appelés culbutos. Par hasard, ils découvrent que certains de ces joujoux renferment de mystérieux messages : « Le phare m’appelle », « Les amants sont des âmes sœurs », « Demain je pars »…

Lié par cette étrange trouvaille, l’étonnant trio parviendra-t-il à percer cette singulière énigme ?





Mon avis :
Deuxième ouvrage de l'auteure mais première découverte pour moi (et ce n'est pas faute d'avoir son premier roman dans ma PAL, mais le sujet n'est pas là ;) ).




Ce qui m'a attiré d'abord c'est la couverture, oui j'ai un faible pour les couvertures douces, jolies, chaleureuses et énigmatiques en même temps : mais que viennent faire ces drôles d'objets dessus ?

Au début de ma lecture j'ai été agréablement surprise ! On entre pas direct dans le vif du sujet par la grande porte mais plutôt par les couloirs et par les portes cachées.

Chaque personnage est présenté indépendamment des autres et je me suis demandé à quel moment et surtout de quelle manière ces 3 personnes allaient bien pouvoir se rejoindre pour faire avancer l'histoire. Les descriptions des personnes montrent qu'ils ont une différence qui fait leur singularité et pour une fois je me rappelle de leur prénom à tous (chose rare dans mes lectures).

Ils sont tous les 3 totalement différents mais tellement attachants !
Et puis leur aventure ensemble va être le ciment d'un avenir différent pour chacun.

Je me doutais que le roman était plutôt dans la veine du roman feel-good et d'ailleurs je m'y suis installée bien confortablement mais je ne pensais pas qu'il aurait autant de profondeur.

Jean-Marc, Aïko et Angélique ont tous les 3 des cicatrices, des blessures, des endroits de leurs âmes qui restent inexplorés. L'auteure s'est donc employée à agir pour faire sortir le meilleur d'eux. Attention : ils ne sont pas parfaits ! Personne ne l'est, mais ils avaient une tendance à ne pas montrer ce dont ils sont capables et c'était bien dommage. Ensemble, ils vont partir en voyage pour affronter à la fois leurs vies mais aussi leur avenir.

Ce roman m'a montré que peu importe d'où l'on vient, peu importe qui l'on est, peu importe où on va, sur notre chemin il se trouvera toujours du monde pour nous accompagner. Et ceux qui nous paraissent plus hostiles sont parfois les meilleurs guides pour changer.

Jean-Marc a perdu sa femme et avec sa rencontre avec Angélique et Aïko il va se rendre compte qu'il ne connaissait pas totalement celle qu'il aimait.

Angélique et Aïko vont se rapprocher au point d'être presque capable de finir la phrase de l'une ou de l'autre, chose impossible au démarrage.

Lorsque les 3 compères vont avoir pour seul objectif la résolution du mystère des culbutos (car c'est bien de cela dont il s'agit) ils sont loin d'imaginer jusqu'où ils iront au propre comme au figuré pour découvrir la vérité !

J'ai trouvé que ce récit était différent d'autres feel-good car il met en valeur la différence, l'amitié et l'amour avec force et volonté. Je crois que le fait d'avoir bien posé les univers de chacun en début de récit m'a tout de suite permis d'être en osmose avec eux. Au fil du texte je me suis ensuite accroché à l'intrigue qui m'a semblé plutôt originale et émouvante. J'ai pensé que j'aurai aimé vivre ce genre d'histoires ! Pour moi c'est donc le signe que l'auteure a atteint son but et que pour moi ce sera une lecture marquante.

C'est un roman que je conseille car il est porteur de jolis messages, de beaux sentiments tout en laissant une part de la vraie vie agir (tout n'est quand même pas tout rose faut pas déconner).

Anne Idoux-Thivet, l'auteure me semble très bien connaître la nature humaine pour retranscrire les émotions qui nous traversent et c'est ce qui permet de faire fonctionner son récit à 100 %. On ressent beaucoup d'empathie et de plaisir à découvrir et suivre les protagonistes de l'histoire.

Je me suis surprise à la fin à me dire "elle est où la suite ?"





Quelques infos sur l'auteur :


Anne Idoux-Thivet est historienne de formation. Elle a enseigné l'histoire et la géographie.
Elle est mère de plusieurs enfants, parmi lesquels un fils autiste. Elle a tenu un journal sur son expérience de mère d'autiste, paru sous forme d'abécédaire chez Autrement en 2009 sous le titre Ecouter l’Autisme. Elle a aussi tenu un blog sur ce sujet.
Elle a suivi une formation à l’INSHEA, elle est devenue formatrice sur les Troubles du Spectre de l’Autisme dans son académie puis a quitté le lycée où elle enseignai l’histoire-géographie pour devenir coordonnatrice d’ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) dans un collège.
Epuisée par ses activités, elle est restée chez elle et a écrit un roman historique. Elle est l'auteur de 27, rue de la Bienfaisance et L’atelier des souvenirs.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire