mercredi 23 janvier 2019

7 ans


7 ans

Personne ne m'a rien dit et pourtant j'aurai du écouter l'adage selon lequel 7 ans est l'âge de raison !

Mais comment aurais-je pu savoir que l'année des 7 ans serait celle des plus grandes désillusions ?
Se préparer à ça et puis essayer de passer entre les vagues serait-elle la meilleure solution ?

Je crois qu'en fait seuls les enfants ont un regard neuf et neutre sur ce qui les entoure, comme parfois une absence de sentiments presque.

Personne n'est capable de prévoir que dans leur tête tant de choses se bousculent et surtout quelles informations seront capitales dans leur développement.


Je devrai m'imprégner de cette innocence pour avancer et agir spontanément mais ce matin je me suis retrouvée déroutée.

Déroutée par la spontanéité de tes remarques ma grande !

Quand tu m'as dit que "la mort en fait c'était rien et moi je sais que les gens ils vont pas au ciel ",
que voulais-tu que j'ajoute ?

J'ai seulement répondu "tu crois qu'ils vont où alors les gens ?"

Et là ta réponse m'a laissé songeuse sur ta capacité à comprendre le Monde, tu m'as simplement dit "bah ils vont au cimetière".

Bah oui, parce qu'en fait tu as bien raison.
Le ciel ne peut contenir tous les gens qu'on aime, il manquerait de place vu l'immensité du monde qui est rendu là-haut, alors il faut bien leur trouver une place ici-bas.


Et après tu m'as demandé pourquoi les adultes disent des choses pas vraies aux enfants…


Je crois que tout ça vient de cette période festive qu'est Noël, cette année était particulière car tu étais déjà entre deux à te douter qu'il y avait un truc mais sans trop en être sur.

Alors dois-je te dire que les adultes disent des choses pas vraies aux enfants pour avoir le sentiment de les protéger ?

J'ai voulu te protéger et te garder un peu en enfance car évidemment cela semble tellement doux de voir la vie au travers de tes yeux.


Mais je crois que les mensonges des adultes leurs servent aussi à se défiler devant l'absurdité de la vie et devant leurs responsabilités.

C'était un matin comme beaucoup d'autres mais une fois de plus tes paroles sont restées ancrées et soulèvent des interrogations. 
En l'espace de 15 minutes tu avais de nouveau relancé la donne et c'était à mon tour.
Tu avais joué ta carte de la lucidité et je devais prendre le relais pour t'apporter ma réponse aussi claire et franche qu'elle pouvait être.

Et je crois que là il est pas question d'esquiver, je crois que les discussions sur la vie on a pas fini d'en avoir…

Même si le sujet était plutôt délicat j'aime ces discussions où, par exemple, toi dans ton siège d'enfant, à l'arrière, tu me regardes dans le rétro et nos yeux se croisent… ça y est tu es lancée. Matin léger ou matin profond peu importe je suis toujours là pour écouter et te faire part des leçons que la vie m'a enseignées. Finalement je ne cesse de grandir avec toi…

Violaine


 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire