jeudi 13 juin 2019

Je n'ai pas toujours été un vieux con




Détails :
Auteur : Alexandre Feraga

Nombre de pages : 252
Edition : J'ai Lu
Genre : Humoristique


Résumé :


« On ne devrait jamais finir ses jours dans des draps en coton souples comme du carton, à suçoter des tuyaux comme des chiards ou à boulotter de la morphine. Je me suis toujours vu ailleurs, agonisant dans un champ de pâquerettes, chialant dans les bras d'une femme, évaporé dans le ciel après un beau feu. » Le « vieux con » qui vous parle passe pour un infatigable grincheux. Aux Primevères, la maison de retraite où il vient d'échouer, Léon renoue pourtant avec ce qu'il a toujours été. Ancien baroudeur, braqueur de banques, amoureux transi, cet amateur de coups tordus va, par amitié pour deux compagnons d'infortune, jouer un dernier tour à ceux qui croient encore qu'un vieux, ce n'est jamais qu'un vieux.


Mon avis :

Ceux qui me suivent sur les réseaux savent que demain soir je vais animer avec Jessica de la librairie "Les Fringales Littéraires" aux Herbiers, une rencontre avec l'auteur.
J'ai hâte de pouvoir échanger avec lui sur ses inspirations, ses motivations, etc...

Pour préparer au mieux j'avais donc prévu de lire son premier roman, celui de tous les possibles, celui du "ça passe ou ça casse" !

Alexandre Feraga nous propose donc de partir à la rencontre de Léon.

Léon, on ne la lui fait pas. Il sait bien que suite à l'incendie de son appartement il va devoir faire un choix pour un nouveau logement.
A l'heure où beaucoup se disent que c'est la dernière demeure, Léon n'a pas dit son dernier mot.

Il souhaite bien réussir à infiltrer les Primevères à sa manière.

C'est ainsi qu'au fil des chapitres nous allons naviguer entre le passé et le présent pour espérer un futur encore long.

Léon est un homme à la vie peu ordinaire. Il a connu l'amour, la famille, la solitude, la délinquance, les coups durs, les rebondissements.
Il a plus d'un tour dans son sac et lorsque l'occasion se présente de prouver à ses colocataires qu'il est bien celui qu'il est, ni une ni deux il se lance dans sa nouvelle entreprise !

Un récit qui au départ n'avait pas spécialement de quoi m'attirer. Je ne suis pas en âge d'aller dans une résidence pour personnes âgées. MAIS malgré tout mon oeil était attiré parce que lorsque j'avais fait un stage en maison de retraite, je m'étais surprise à imaginer la vie des pensionnaires. Chaque vie est différente et lorsque les histoires se mêlent ça peut être un véritable moment d'émotions aussi bien joyeuses que plus nostalgiques.

Tout ça pour dire que le caractère de Léon a tout pour faire du bruit aux Primevères.

J'ai trouvé cette lecture divertissante et plaisante. Le sourire est au rendez-vous et Léon est un personnage haut en couleur qu'on aimerait rencontrer. La richesse de sa vie est bien développée dans le récit tout en ne rentrant pas dans le détail systématiquement. J'ai aimé !

Les chapitres sont plutôt courts et alternent les périodes de vie de Léon. Le dynamisme est donc de mise également malgré l'âge un peu avancé de nos chers personnages.

Des valeurs telles que l'amitié, l'amour, la tolérance aussi sont régulièrement présentes et cela donne à l'ensemble un texte très agréable.

Je pourrais surement approfondir des éléments avec Alexandre Feraga mais je suis ravie d'avoir lu son premier et son dernier né, l'évolution de son écriture, de son style sont des aspects intéressants et permettent de noter aussi des liens entre les deux.

 
Quelques infos sur l'auteur :



Après des études de comptabilité, il a été, pendant 10 ans, éducateur auprès d’enfants et d’adultes en situation de handicap mental. Alexandre Feraga a commencé par écrire de la poésie; dans les années 2000 il a ainsi publié deux recueils de poèmes.

En 2012, il participe à un concours de nouvelles (organisé par Le Texte Vivant), il fait partie des cinq lauréats et voit son recueil édité. “Les rues attenantes” sont disponibles sur le site du Texte Vivant. La même année, il participe à un second concours et termine 3ème.

Fin 2011, il achève l’écriture de son premier roman, “Je n’ai pas toujours été un vieux con”. Il le soumet au Texte Vivant, qui le place entre les mains d’un agent littéraire, lançant ainsi la machine éditorial. En mai 2014, Alexandre Feraga voit son projet se concrétiser grâce à Flammarion qui choisit de le publier.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire