lundi 3 septembre 2018

Une si brève arrière-saison




Détails :
Auteur : Charles Nemes
Nombre de pages : 221
Editions : Hervé Chopin
Genre : Contemporain


Résumé :
Jacques ne supporte plus la pâleur de son quotidien de jeune retraité. Seule sa nièce Adèle lui apporte un peu de lumière depuis qu'’il a décidé d'écrire sans y arriver et s'est mis en tête de séduire Christine Angot sans plus de succès.

Adèle a la fraîcheur de ses trente ans et les mêmes goûts musicaux que son rocker d'’Uncle Jack. Elle est « son héritière courage, sa revanche, sa réincarnation réussie ». Jusqu'au jour où elle accepte de prendre la place de concert d'une amie. Les Eagles of Death Metal jouent au Bataclan ce soir-là et elle ira pour voir.

L'existence d'’Adèle va sombrer alors que celle de Jacques retrouvera un sens. Un hymne à l'amour et à la vie… avec le cul à l'’envers. Il fallait la délicatesse et l'’humanité de Charles Nemes pour aborder un tel sujet.





Mon avis :


Avis de la page 100 :
Début un peu particulier à mon sens car il faut s'imprégner de la vie d'un sexagénaire en panne d'amour physique. Arrive un âge où le corps change et aspire à autre chose alors que le cerveau continue et cherche à vouloir plus. Jacques en est là de sa vie et lorsqu'il constate qu'il est entouré seulement de sa nièce, c'est toute une remise en question qui s'impose. Arrivée à la 100ème page, Adèle, la nièce de Jacques est plus présente et donc mon intérêt est relevé grâce à cette dernière. A voir pour la fin du roman si cela se confirme…


Mon avis global :
Charles Nemes nous propose un récit autour d'un homme, la soixantaine naissante, des problèmes sexuels qui sans être graves, probablement, lui prennent quand même beaucoup la tête, à défaut d'autre chose… Dans ce roman, Jacques, notre héros, est entouré de sa famille, mais sa nièce, Adèle, est la seule qui arrive à conserver un lien régulier avec Jacques.

Au début de ma lecture, j'ai eu peur. Peur que le récit se concentre autour du seul problème d'érection de Jacques. Non pas que ça soit inintéressant totalement mais surtout parce que je ne me sens pas du tout concernée. J’ai eu du mal à prendre ma place. Et puis passées les 100 premières pages, Adèle devient de plus en plus présente et j'ai repris confiance.

Les vies de Jacques et Adèle sembleraient banales et, quand on y pense, routinières, mais la routine est parfois la meilleure chose qui soit… sauf qu'un événement dramatique va mettre les convictions et autres certitudes en doute. Adèle va aller voir les Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015… Au Bataclan. Jacques et Adèle vont faire basculer leurs vies dans des directions totalement nouvelles.

J'ai trouvé le début du livre presque bizarre car incapable de voir où l'auteur voulait m'emmener, j'ai eu du mal à me sentir en phase avec Jacques. L'écart générationnel surement y est pour beaucoup. A l'inverse, j'ai eu de la tendresse, de l'admiration pour Adèle, elle m'a semblée forte. La façon de repartir après le Bataclan, sa détermination m'ont permis de m'attacher un peu plus à elle.

Ce roman c'est l'histoire de la vie dans tout ce qu'elle a de plus normal, avec son lot de désillusions, d'obstacles, de difficultés. Et puis vient le temps de la résilience, selon ce qu'on est, ce qu'on peut et ce dont on a envie. Ce livre rappelle une nouvelle fois que tout tient seulement à un fil. Le fil qui nous fait agir parfois sans réfléchir, parfois selon nos convictions pour ensuite le regretter ou au contraire savourer le soulagement d'une décision dure à prendre.

Ce qui m'a permis d'en faire une lecture agréable tient dans l'écriture car elle est plutôt rythmée, dynamique et l'auteur va droit au but dans les pensées de ses héros. Et puis l'originalité et surtout le fait d'assumer ses pensées "non je ne voulais pas t'envoyer de message comme tout le monde" me font penser que le but de l'auteur n'était pas de s'apitoyer sur le sort de ces deux êtres en marge d'un schéma classique de famille. Je pense sincèrement que l'auteur a voulu transmettre l'idée de l'amour universel pour son prochain. Il m'a seulement manqué plus d'empathie pour Jacques pour en faire une lecture plus marquante.

Ce livre fait partie de la sélection que j'avais à découvrir pour "Les explorateurs de la rentrée littéraire" pour le site Lecteurs.com / Je remercie chaleureusement Dominique et Karine pour cette aventure qui m'a permis de sortir de ma zone de confort littéraire !





Quelques infos sur l'auteur :



Ami de longue date de la troupe du Splendid, il réalise avec eux un de ses premiers courts-métrages, Le Bol d'air en 1975. Il écrit son premier film, Les héros n'ont pas froid aux oreilles, en collaboration avec Gérard Jugnot. Le film obtient un joli succès, ce qui ne sera pas le cas pour les suivants, jusqu'à La Tour Montparnasse infernale en 2001, comédie interprétée par Eric et Ramzy. Il dirige ensuite Omar et Fred et Bruno Salomone dans Le Carton et Au bistro du coin, et réalise le deuxième opus de Caméra café au cinéma intitulé Le Séminaire. À la télévision, il a réalisé de nombreux épisodes de la série H.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire