mardi 30 avril 2019

Surface






Détails :
Auteur : Olivier Norek

Nombre de pages : 425
Edition : Michel Lafon
Genre : Polar


Résumé :

Noémie Chastain, capitaine en PJ parisienne, blessée en service d’un coup de feu en pleine tête, se voit parachutée dans le commissariat d’un village perdu, Avalone, afin d’en envisager l’éventuelle fermeture.

Noémie n’est pas dupe : sa hiérarchie l’éloigne, son visage meurtri dérange, il rappelle trop les risques du métier... Comment se reconstruire dans de telles conditions ?

Mais voilà que soudain, le squelette d’un enfant disparu vingt-cinq ans plus tôt, enfermé dans un fût, remonte à la surface du lac d’Avalone, au fond duquel dort une ville engloutie que tout le monde semble avoir voulu oublier…

 
Mon avis :

Lorsqu'un auteur plaît beaucoup, il prend le risque à chaque nouvelle parution de plaire ou décevoir son lectorat.
 
Olivier Norek fait partie de ces auteurs qui ont le vent en poupe c'est indéniable !
 
Alors voyons si ce roman qui est sorti en début de mois, dans lequel il nous entraîne dans l'univers des "cold cases", saura se montrer à la hauteur des précédents.

J'ai de suite fait confiance à l'auteur pour m'emmener avec lui vers Avalone, village perdu en Aveyron. C'est vrai, pourquoi tout se passerait à Paris ?
 
Noémie Chastain n'aime pas la province, enfin c'est ce qu'elle imagine avant d'y être propulsée. Pas d'autre choix si elle ne veut pas risquer de quitter la police judiciaire avant l'heure depuis qu'elle a été défigurée. C'est donc avec beaucoup de rancœur envers sa hiérarchie qu'elle va poser ses valises le temps d'une période transitoire. Pour ses supérieurs, Noémie ne sera pas inutile puisqu'elle devra confirmer ou infirmer la décision de la fermeture du commissariat d'Avalone et accessoirement ils jugeront de son état physique et psychique avant une éventuelle réintégration dans son équipe.

Comme dirait l'autre, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Tout va pour le mieux si les fantômes du passé n'avaient pas eu envie de revenir jouer leur dernière scène spécialement pour Noémie. Et là ce sont tous ses réflexes de flics qui vont se réveiller les uns après les autres, avec une légère adaptation à la région bien sur.
 
Cette enquête sera la parfaite réplique des routes provinciales : tortueuse, dangereuse, énigmatique mais comme souvent si le virage pris n'est pas trop serré la vue n'en sera que plus magnifique pour l'arrivée, encore faut-il l'atteindre !

J'avais quand même très peur d'être déçue par ce livre. Le précédent roman "Entre deux mondes" avait placé le curseur extrêmement haut et je n'étais pas sur de pouvoir ressentir autant de sensations avec un autre roman d'Olivier Norek s'il était plus "léger" par exemple.
 
Et puis, instinctivement finalement j'ai décidé de faire confiance et de mettre à part "Entre deux mondes" pour revenir dans le polar comme les tous premiers romans "Code 93" etc.

La recette a terriblement bien fonctionnée ! C'est une enquête qui est menée de main de maître, les carapaces de chacun se font et se défont au gré des événements et si jamais je n'avais pas encore compris que la police judiciaire est une grande famille alors il faut que je revois mes classiques.

Noémie Chastain est une héroïne parfaite, ni trop ni pas assez, j'ai eu beaucoup d'empathie pour elle et je n'avais pas envie qu'elle prenne le mauvais chemin, elle est trop douée dans ce qu'elle fait. Et puis pas sur que ça soit le cas dans la vraie vie ou en tout cas aussi "facilement" mais qu'elle puisse démontrer à tous que ce n'est pas le paraître qui fait sa carrière mais sa profondeur, son intelligence et son courage, je dis chapeau l'artiste !
 
Comme à chaque fois je retrouve ce qui m'a plu dans l'écriture d'Olivier Norek dès les premières lignes de son premier roman : sa franchise.  Ses livres sont le reflet de ce que j'aime dans la littérature, trouver du plaisir tout en ayant un texte riche et prometteur qui m'emmène loin de mes habitudes.

Je trouve que ses romans sont passionnants car son implication est très forte et cela se ressent pour nous lecteurs et surtout pour les novices. Je n'ai aucunement eu l'impression d'être prise pour une andouille et ça me plaît beaucoup. Les propos, les descriptions, les échanges sont directs, précis et concrets et laisse supposer une certaine douceur derrière les sombres événements qui jalonnent la carrière d'un représentant de l'ordre.

Je suis ravie d'avoir lu ce roman mais déçue de l'avoir déjà fini et de devoir attendre maintenant… comme pour les précédents il me reste à les partager, les offrir, en parler etc autour de moi !

Et vous, vous l'avez lu ?

Quelques infos sur l'auteur :


Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche. Territoires (2014) et Surtensions (2016) sont aussi consacrés aux (més)aventures du capitaine Victor Coste et de son équipe. Surtensions a reçu le Prix du polar européen 2016 du Point et le Grand Prix des Lectrices ELLE 2017, dans la catégorie policier. Ses ouvrages sont publiés chez Michel Lafon et repris chez Pocket.
Olivier Norek a également participé à créer l’histoire de la sixième saison de la série Engrenages sur Canal +, et est le scénariste du téléfilm Flic tout simplement diffusé sur France 2 à la fin de l’année 2015. Son nouveau titre, Entre deux mondes, a paru en octobre 2017 chez Michel Lafon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire