mardi 11 décembre 2018

Trancher




Détails :
Auteur : Amélie Cordonnier
Nombre de pages : 160
Editions : Flammarion
Genre : Contemporain


Résumé :
"Des pages et des pages de notes. Tu as noirci des centaines de lignes de ses mots à lui. Pour garder une trace, tenter de les désamorcer, avec le pathétique espoir qu'ils allaient s'incruster ailleurs qu'en toi."

Cela faisait des années qu'elle croyait Aurélien guéri de sa violence, des années que ses paroles lancées comme des couteaux n'avaient plus déchiré leur quotidien. Mais un matin de septembre, devant leurs enfants ahuris, il a rechuté : il l'a de nouveau insultée. Malgré lui, plaide-t-il. Pourra-t-elle encore supporter tout ça ? Elle va avoir quarante ans le 3 janvier. Elle se promet d'avoir décidé pour son anniversaire.






Mon avis :
C'est vrai, pourquoi tu restes ?
Dès le bandeau c'est la grande question.


Alors Amélie Cordonnier nous propose une version originale pour en découdre avec ce drame qui semble d'actualité mais qui en fait n'est surement pas nouveau, je parle bien sur des violences conjugales.


L'originalité tient au fait que la narratrice utilise le "tu", elle se parle à elle-même au travers d'un récit, de notes qu'elle a depuis longtemps sur son mari.


Il faut dire qu'il cumule, entre violences verbales involontaires et autres tentatives de rapprochement, il est un beau spécimen de la bipolarité.


Mais "elle", c'est plutôt quelqu'un de doux, de tranquille, de gentil. Alors doit-elle accepter tout ça sans rien dire ?


En lisant le récit, on imagine que ça peut sembler facile de claquer la porte et partir. Mais ce qui l'est moins c'est de laisser sa conscience dans le foyer familial. Car c'est de ça dont il s'agit : la famille. On en fait quoi ? On l'éclate pour des mots prononcés pour lesquels des excuses arrivent peu de temps après ?


Tout tient dans ce constat !


Finalement ce sont les limites de chacun qui sont mises en avant dans cet ouvrage. Qui aurait supporté ce qui est dit ? Jusqu'à quand accepte t'on les excuses ?


Et puis ensuite viennent les questions plus sournoises : comment va t'on justifier son départ quand il n'y a pas de preuves matérielles ? que va t'on dire à ses enfants ? les gens ouvriront ils les yeux un jour sur la vraie nature de l'Autre ?


C'est un récit qui dérange forcément. Il me fait le même effet qu'un autre livre de la rentrée littéraire dans lequel j'ai eu envie de dire tout au long de ma lecture : bouge-toi, n'attend pas que ça change puisque ce n'est pas le cas, vas-y barre toi !


Mais la complexité de chaque situation que l'on peut vivre m'amène aussi à penser qu'on ne peut pas juger. Il faudrait pouvoir être une petite souris pour se faire une opinion plus claire. Alors avec les deux versions on peut aider, ça c'est une certitude et on peut aussi conseiller et avant tout on se doit d'être capable d'entendre pour être présent.


J'ai trouvé le récit clair et explicite mais j'ai aussi ressenti comme une retenue. Comme si derrière les mots écrits il y avait encore bien plus à dire et que l'auteure n'avait pas voulu en rajouter.


J'ai aussi ressenti la rapidité du propos, il se lit très vite ce livre comme s'il fallait cet exutoire mais qu'ensuite il fallait aussi avancer et faire de cette mauvaise expérience une leçon de vie pour ne pas reproduire ce schéma dangereux qu'est la perversion / la manipulation.




Quelques infos sur l'auteur :



Amélie Cordonnier est journaliste et auteure.

Après avoir travaillé pour Europe 1, "La Tribune" ou encore "Le journal du dimanche", elle est chef de rubrique Culture à "Femme Actuelle" depuis 2014 ainsi qu’à "Prima".

Avec "Trancher" (2018), son premier roman, Amélie Cordonnier se glisse dans la peau d'une héroïne maltraitée par son mari.

Twitter : https://twitter.com/amliecordonnier?lang=fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire