mercredi 21 mars 2018

Le club des baby-sitters




Détails :
Auteur : Ann M. Martin
Nombre de pages : (saga de 54 tomes, ça en fait des pages (environ 8000...)
Editions : Folio junior
Genre : Jeunesse


Résumé :
Comment est né le club ?
À Stonebrooke, une petite ville des États-Unis. Un jour, Mme Parker a besoin de quelqu'un pour garder le petit David Michael, mais Kristy et ses frères aînés sont tous les trois occupés. C'est en voyant sa mère passer un nombre incalculable de coups de téléphone pour trouver une baby-sitter que Kristy a l'idée géniale de fonder un club de baby-sitters qui centraliserait les appels et organiserait les gardes d'enfants. Ainsi, les parents pourraient joindre en un seul appel toute une équipe de baby-sitters! Elle convainc Mary Anne et Claudia, ses amies de toujours, de se lancer dans l'aventure. C'est ainsi que naît le club des Baby-Sitters.
Les membres se réunissent tous les lundis, mercredis et vendredis de 17 h 30 à 18 h 00 dans la chambre de Claudia qui a sa propre ligne de téléphone. Les coordonnées des clients, les emplois du temps de chacune des baby-sitters ainsi que tous les baby-sittings sont notés dans l'agenda pour qu'il n'y ait ni confusion, ni oubli. Après chaque garde, les baby-sitters sont tenues de les consigner dans le journal de bord afin d'informer les autres des difficultés rencontrées avec tel ou tel enfant. Les cotisations s'élèvent à cinquante cents par membre, puis passeront à un dollar; elles servent à faire fonctionner le club, à acheter des livres ou des jouets et à organiser des sorties au cinéma ou des soirées pyjama quand il reste de l'argent.
Les affaires vont tellement bien marcher qu'il va falloir très vite recruter de nouveaux membres!



Mon avis :
Je suis en train de lire un livre pour adulte intitulé "Rien de ce qui est humain n'est honteux". A priori rien à voir avec le "mercredi jeunesse" du blog.


Et pourtant, cette phrase tirée du roman en cours de lecture, m'a interpellée hier soir :

Forcément, je me suis demandée quels renoncements m'avaient ramenée en arrière dans ma vie d'adulte...

Et la réponse m'est venue ce matin ! (je confirme la nuit porte conseil).
Lorsque j'ai eu douze ans j'ai découvert cette série jeunesse intitulée "Le club des baby-sitters". Chaque fois que je le pouvais je demandais à maman "est-ce que je peux le prendre celui-là ? je l'ai pas lu, allez dit oui steplait". Face à la lecture, je défie n'importe quel parent de dire "non je ne te l'achèterai pas ça sert à rien"...

Donc, ma collection s'est étoffée et chaque fois que j'ai lu un de ces livres je me suis dit "j'adorerais avoir un club comme ça avec mes meilleures copines". Sauf qu'à 12 ans, avec un déménagement dans une autre ville et le décès de ma sœur, mon réseau amical s'était retrouvé bien vide !

Mais aujourd'hui il n'en est plus ainsi.

J'ai la chance d'avoir autour de moi des amis (et attention je dis "amis qui se compte sur les doigts d'une seule main", pas ceux qui se prétendent amis et qui à la moindre poussière dans le rouage se barrent ou font semblant), et j'ai encore plus la chance d'avoir des amies qui partagent avec moi la passion de la lecture.

Là où je veux en venir c'est que dans très très peu de temps maintenant nous allons recevoir notre récépissé de la sous-préfecture qui officialisera le lancement de notre association "Il était un livre".

Là où je veux en venir c'est que je crois que j'aurai bouclé la boucle...mes renoncements seront bientôt plus qu'une expérience de plus dans ma vie !

Mes renoncements, je l'ai compris ce matin, sont en passe de devenir des rêves réalisés.

Cette série jeunesse a provoqué chez moi la passion de la lecture à plus grande échelle, je le répète souvent mais ce ne sont pas les lectures imposées en école qui m'ont donné envie de lire...ce sont vraiment les livres que j'ai pu découvrir par moi-même, ceux que j'ai reçu en cadeau par maman. Ce sont ceux-là qui aujourd'hui constituent MA bibliothèque.

Ce sont les piliers de mon vice !


La série créée par Ann. M. Martin est surement ma Madeleine de Proust et je garde précieusement une place singulière pour ces romans dans mon meuble bibliothèque.

Egoïstement, ce sont des livres que je ne prête pas.
Egoïstement, ce sont des livres que je conserve pour ma fille seulement, lorsqu'elle sera prête à les lire et y découvrir ce qui m'a passionnée pendant quelques années.

Je trouve que ces romans transmettent de très jolies valeurs et j'en garde des souvenirs intacts, l'entraide entre les membres du club, les disputes qui peuvent durer et qui finalement se résoudront de manière intelligente et mature.

Cette série jeunesse est tout sauf violente et je crois en prenant le recul maintenant que c'est elle qui a conditionné mes goûts en littérature. J'aime le partage de valeurs, d'histoires qui portent un message, de sentiments profonds et sincères.

Si cela vous tente de les lire, pour le coup, ne comptez pas sur moi pour vous les prêter ;) (oui je continue d'être égoïste mais c'est pour la bonne cause). Réservez-les en bibliothèque, achetez-les en librairie !




Quelques infos sur l'auteur

Ann M. Martin a souhaité écrire une lettre à ses lecteurs :
«Chers lecteurs, j'ai pensé que vous aimeriez en savoir un peu plus sur le club des Baby-sitters. En 1985, j'ai quitté mon travail et commencé à écrire des livres pour enfants à plein temps. Mon éditeur m'a suggéré d'écrire une mini-série de quatre livres intitulés "Le Club des baby-sitters". J'avais à imaginer ce qu'un club de baby-sitters pouvait être, et me décidai pour une association créée par un groupe d'amies. J'ai alors inventé Kristy, Claudia, Lucy, et Mary Anne. Je voulais créer un groupe d'enfants très différentes les unes des autres mais qui allaient bien ensemble. Kristy est inspirée de ma meilleure amie d'enfance et Mary Anne, de moi-même. Kristy était une extravertie avec plein de grandes idées, j'étais plus discrète. Elle et Kristy sont les meilleures amies du monde, bien qu'elle soient très différentes. Il m'était facile d'écrire sur le baby-sitting, en ayant fait moi-même tellement, jusqu'à l'université! Bonne lecture…»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire