mardi 10 janvier 2017

Brillante

Dernière découverte de la partie "janvier" des 68 premières fois :






Détails :

Auteur : Stéphanie Dupays
Nombre de pages : 192
Editions : Mercure de France
Genre : Contemporain


Résumé :


Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d'’une grande école, elle occupe un beau poste dans un groupe agro-alimentaire où elle construit sa carrière avec talent. Avec Antonin, cadre dans la finance, elle forme un couple qui est l'image du bonheur parfait. Trop peut-être.

Soudain, Claire vacille. Au bureau, sa supérieure hiérarchique lui tourne ostensiblement le dos, de nouvelles recrues empiètent sur ses dossiers, elle se sent peu à peu évincée. Après une phase de déni, Claire doit se rendre à l’évidence : c'est la disgrâce.

Elle qui a tout donné à son entreprise s'effondre. Claire va-t-elle réussir à exister sans «briller»? Que vont devenir ses liens amicaux et amoureux fondés sur un même idéal de réussite?





Mon avis :

Faire carrière, n'est-ce pas ce après quoi on court beaucoup dans notre siècle ?
Tout le monde veut arriver à obtenir ce petit bout de pouvoir qui donne accès à quoi, au bonheur ? La vie c'est vraiment ça ?

Stéphanie Dupays, m'a entrainé dans une vie, certes trépidante, mais qui reflète bien des aspects de notre société. Pour être bon, il ne faut pas avoir de faiblesse ! Pour chaque marche du podium gravie, il faut voir combien on y laisse...alors que la dégringolade est juste spectaculaire.

Le monde de l'entreprise est particulièrement bien décrypté, bien analysé et c'est ce qui rend le livre mordant !

Les phénomènes de société que nous connaissons tels le burn-out sont des exemples de ce qui se trame dans la vie des entreprises aujourd'hui mais aussi bien avant. Dès l'école, il faut prouver qu'on peut être le meilleur et seulement le meilleur. Finalement il faut toujours fournir plus de travail, plus d'investissements pour montrer qu'on mérite totalement le sommet et puis un jour, sans forcément crier gare, le corps dit "STOPPPPP" !


Claire vivra tout ça d'une manière assez fulgurante et l'auteur met donc en évidence les écueils d'un monde à 100 à l'heure.


Et peut-être que pour durer longtemps, très longtemps dans notre société plutôt que courir tout le temps, ne faudrait-il pas partir à point ?


Bonne lecture


Aucun commentaire:

Publier un commentaire