lundi 22 février 2016

Qu'importe la hauteur

Suite à un contact avec l'auteur du livre ci-dessous, j'ai accepté de lire son ouvrage :


Détails :

Auteur : Martin Rouz
Nombre de pages : 324
Editions : Auto-édité
Genre : Roman (égayé d'une légère intrigue policière)

Résumé :
 
Yohann profite de sa vie d'informaticien sans histoires, tranquille, jusqu'à ce que tout bascule le jour où il croise le chemin de Christine, l'épouse de son boss, un baron du BTP peu scrupuleux. De son côté, son ancienne compagne, Marion, une journaliste d’investigation renommée, enquête sur une prise d’otages en Libye. Deux affaires qui n'ont aucun point commun... a priori.
Magouilles politico-économiques, cabales barbouzardes, surveillance massive... à l'ère du Big Brother planétaire, peut-on encore se révolter ? Yohann et Marion veulent y croire.



Mon avis :
 
C'est assez étonnant car lorsque Martin Rouz a pris contact avec moi, il y avait juste en même temps une petite polémique sur les blogs concernant les romans auto-édités, à savoir "on les lit ou pas ?".
 
Pour ma part, je trouve que je peux lire des romans auto-édités car je ne pense pas avoir le pouvoir de dire si oui ou non un roman mérite d'exister.
 
Je suis une simple lectrice qui donne un avis sur un ouvrage.
 
Donc j'ai lu avec plaisir ce que me proposait Martin Rouz et je n'ai pas été déçue. J'ai trouvé un livre bien écrit, peut-être quelques petites longueurs de descriptions mais je pense qu'elles sont là aussi pour étayer les personnages.
 
J'ai tout de suite accroché au personnage de Marion car c'est une femme moderne, indépendante et le tout mélangé donne une femme haute en couleurs.
 
J'ai mis plus de temps avec Yohann car il a en quelque sorte une double personnalité.
 
Le tout est écrit sur fond de magouilles et d'intrigue autour de la technologie et de ses effets. On dénoue les ficelles au fur et à mesure des pages et les gens "bien sous tous rapports" deviendront parfois les pires énergumènes possibles.
 
Dans certains milieux tout est plus ou moins fait d'avance et la liberté est un bien grand mot...
 
J'ai aimé l'ensemble mais j'aurai juste préféré que la relation Marion / Yohann soit plus développée que celle entre Yohann et Christine... peut-être dans un prochain tome.
 
Merci en tout cas à Martin Rouz de m'avoir fait découvrir son travail. 
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire