lundi 15 février 2016

Les jours areuh !

Dans le cadre d'une opération "Masse critique sur Babelio", j'ai reçu le livre suivant :





Détails :

Auteur : François d'Epenoux
Nombre de pages : 134
Editions : Anne Carrière
Genre : Roman contemporain

Résumé :
3 heures du matin. Assis dans un fauteuil sous le rond de lumière d’un abat-jour, un homme de 50 ans donne le biberon à son nourrisson de 3 mois. Entre eux : un demi-siècle et 96 kilos de différence.

D’un côté un homme mûr, encore tout étourdi de cette paternité tardive. Revigoré par cette vie naissante, mais mesurant combien la sienne sera balisée désormais, et projeté brutalement dans un avenir lointain : il aura 80 ans quand cet enfant en aura 30. Confiant dans l’espoir qu’incarne ce petit être, mais terrifié aussi à l’idée de le jeter dans le bain d’un monde angoissant. Perplexe devant cette posture de papa poule, lui qui, encore célibataire quelques mois plus tôt, biberonnait à sa façon dans le monde de la nuit. Fier de cet enracinement patriarcal mais triste à l’idée de renoncer en grande partie, par cette sédentarisation même, aux voyages, à l’imprévu, à l’aventure.

De l’autre, minuscule dans les bras de son père, un bébé qui a la vie devant lui ; qui tète goulûment entre deux endormissements ; qui gigote dans son body, gazouille et grogne, comme enivré, d’autant plus assoiffé de vie qu’il est né « en état de mort apparente » et a été « récupéré à M7 » – c’est-à-dire après 7 minutes de massages cardiaques.

Dans ce dialogue silencieux, qui commence à l’heure bien réelle d’un biberon pour s’achever dans une intemporalité imaginaire, s’expriment tous les paradoxes d’une confrontation entre un nouveau-né et un père encore jeune, mais déjà avancé dans la vie, et tous les enjeux et questionnements qu’un tel événement peut impliquer. Une drôle de fable à découvrir, en somme. Une comptine qui, entre l’anecdotique et l’onirique, l’humour et la poésie, pose un regard sur le monde et le redoutable bonheur d’être père.


Mon avis :

 C'est un livre assez court dans lequel je me suis plongée avec facilité. Le thème me parlait énormément. Quand on devient parent, chaque chose de la vie prend un sens différent. On aspire à vivre plus intensément chaque moment. On a aussi de gros moments de doutes, de questions et de réflexions sur nos envies, ce que l'on veut transmettre. Et on a ces petits bonheurs du quotidien qui permettent de tisser un lien de plus en plus fort.

Ce petit bouquin fait passer un message d'amour remarquable au travers d'un moment choisi par le papa pour se poser plein de questions.

On est ému en lisant certaines scènes ou réflexions car on se revoit faire la même chose. Je trouve que l'auteur a très bien su décrire ces instants précieux où donner le biberon est l'occasion d'apprendre à connaître ce petit bout de nous.

Puis l'auteur glisse sur la pente de la roue qui tourne et nous entraîne dans un futur "imaginaire" où l'émotion nous remplit encore plus. Le papa est peut-être plus âgé que la "moyenne" des papas et il réalise que la vie peut paraître d'un coup si courte...

J'ai été très émue dans les dernières pages car j'ai trouvé à la fois de la pudeur, de l'amour et une certaine nostalgie.

Ce livre est un peu un hymne à la vie et à l'amour. Il transmet certaines valeurs comme le respect et l'importance du lien filial. J'ai trouvé que François d'Epenoux a une très jolie écriture, toute en finesse et j'avais la sensation d'être la petite souris qui observe ce qui se passe chez les gens. Ce n'est pas un livre que j'ai envie de lire à voix haute mais plutôt en chuchotant pour ne pas réveiller bébé...

Un très joli moment de lecture tout en sensibilité et douceur. Je vous le conseille !



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire