lundi 26 août 2019

Comme si tout recommençait




Détails :
Auteure : Léa Wiazemsky

Nombre de pages : 319
Edition : Michel Lafon
Genre : Contemporain


Résumé :



Pour ses 40 ans, Barbara n’a qu’un souhait : que son compagnon lui « offre » cet enfant qu’elle désire plus que tout. Mais à quelques jours de cette date symbolique, il la quitte sans ménagement pour une autre. Désespérée et convaincue qu’elle ne connaîtra jamais l’amour et les joies de la maternité, Barbara décide de tout plaquer. Malgré sa détresse et les regrets qui la minent, elle suit les conseils de sa meilleure amie et postule au poste de directrice de maison de retraite à Antibes, que contre toute attente elle obtient. Au contact de ses nouveaux pensionnaires, elle qui pensait se retirer peu à peu de l’existence découvre une lumière et une force de vie qui l’aideront à panser ses blessures et à comprendre qu’il n’est jamais trop tard pour être heureux.
 
Mon avis :

Alors vous allez dire que niveau timing j'ai fait exprès ?
Forcément avec ce titre, je ne pouvais vous en parler qu'à ma rentrée professionnelle !

Il faut aussi que je vous avoue que j'ai les autres romans de Léa Wiazemsky dans ma pile à lire mais que ce roman "Comme si tout recommençait" est mon premier lu de cette auteure.

Cette histoire va nous emmener faire la connaissance de Barbara. C'est une jeune femme dynamique, moderne et motivée par un souhait à l'aube de ses 40 ans : avoir un enfant !

Son compagnon, à qui on ferait bien la tête au carré par moment, lui a promis qu'il répondrait à son désir le plus cher mais qu'avant il veut profiter ! Soit...

Jusqu'ici nous pourrions penser que l'aspect totalement feel-good allait prendre le pas sur l'intrigue et ne pas nous laisser un souvenir impérissable !

Que nenni !

L'auteure nous propose de suivre l'évolution de Barbara après que la tornade soit passée dans sa vie, elle n'a pas 50 solutions : soit elle s'apitoie, soit elle se relève ! Et moi ce que j'aime, ce sont les défis.

Ce que vous allez découvrir dans ce roman vous laissera tantôt abasourdi (e), tantôt admiratif (ve), et forcément très régulièrement ému(e) non pas tant par les larmes que par le sourire d'ailleurs.

C'est une histoire à laquelle je ne pensais pas m'attacher plus que ça. Parce que le sujet a déjà été traité, parce que jouer avec les émotions du lectorat peut fonctionner ou pas selon notre sensibilité à la tendance feel-good, etc...

Et puis, mon cœur s'est laissé aller à quelques fantaisies et j'ai bien saisi qu'il voulait que mon cerveau le laisse tranquille pendant les vacances.

Il n'était pas question de raisonnement mais bien de passion ! J'ai donc laissé agir et j'ai lu une page, deux pages, trois pages, 319 pages d'un coup d'un seul !

Parmi les arguments que j'ai envie d'avancer figure celui de l'écriture, elle n'est pas figée comme une âme en peine, j'ai senti les impulsions, l'ardeur, l'envie de transmettre les émotions.

J'ai aussi ressenti beaucoup de tendresse, beaucoup d'amour à écrire, inventer cette vie rêvée et que je souhaite à tous les résidents de logements autre que le leur et qui souvent signifie la fin d'une grande histoire… Les souvenirs d'un stage aussi me sont revenus en pleine face et à un instant j'ai pensé que la reconversion de Barbara était peut-être un signe pour moi, qu'un message se cache et qu'un jour je saurai le lire en totalité.

Et c'est ainsi que j'ai pris un plaisir immense, émouvant à lire l'histoire de Barbara et des siens parce qu'à la fin ce que j'ai retenu c'est que chaque humain mérite le respect du premier au dernier jour.  
Ce livre n'est pas que l'histoire de Barbara et de son éventuelle descendance ! Il met aussi en lumière notre société actuelle et ses travers dans la gestion de nos aînés notamment.

Un très beau roman que je vous conseille fortement de lire !



Quelques infos sur l'auteure :




Léa Wiazemsky comédienne et romancière, est la fille de l'écrivain Régine Deforges et du dessinateur Pierre Wiazemsky (Wiaz). Elle est la nièce de la roman­cière Anne Wiazem­sky, et l'arrière-petite-fille de François Mauriac.

Léa participe à l'Atelier Blanche Salant avant de suivre de 2001 à 2004 les cours de l'école d'art dramatique fondée par Jean Périmony.

Non seulement actrice au cinéma ("Eden à l'ouest", 2009), elle joue dans plusieurs pièces de théâtre, on la voit également dans de nombreux téléfilms ("Louis XV, le Soleil noir, 2009).

En 2015, elle prend la plume pour raconter la rencontre aussi bouleversante qu’inattendue entre une jeune femme un peu perdue et un vieil homme solitaire: "Le vieux qui déjeunait seul", un premier roman touchant, salué par la critique.

En 2017, elle nous revient avec son second roman, "Le bruit du silence", un huis clos familial aussi fort que délicat.

page Facebook : https://www.facebook.com/lea.wiazemsky


Aucun commentaire:

Publier un commentaire