jeudi 14 juin 2018

La nuit introuvable




Détails :

Auteur : Gabrielle Tuloup
Nombre de pages :160
Editions : Philippe Rey
Genre : Contemporain


Résumé :
Un premier roman virtuose sur la reconstruction du lien entre une mère et son fils.
Lorsque Nathan Weiss, 40 ans, expatrié en Slovénie, reçoit un appel téléphonique d'une inconnue, Jeanne Silet, il apprend que sa mère Marthe souhaite le revoir. Cette mère qu'il a oubliée à force d'indifférence depuis le décès de son père.
C'est ainsi que Nathan retrouve Marthe à Paris, atteinte d'Alzheimer, ne le reconnaissant plus vraiment. Mais, avant que la maladie n'ait progressé, elle avait confié huit lettres à Jeanne, avec pour instruction de les remettre à Nathan selon un calendrier précis. Nathan se sent manipulé par ce jeu qui toutefois va l'intriguer dès l'ouverture de la première lettre.
Ces textes d'une mère à son fils, d'une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu'elle formait avec son mari Jacques, sur la difficulté qu'elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu'il découvre ce passé familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé ?
Dans ce premier roman, d'une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l'émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire et leurs sentiments.







Mon avis :
Qui dit premier roman, dit première sensibilité avec l'écriture, dit première découverte d'un lectorat...

Gabrielle Tuloup propose comme thème de premier roman " la maladie d'Alzheimer".

Pas évident d'aller aborder un tel sujet lorsque les lecteurs ne sont pas encore "acquis" mais c'est aussi un gage de primeur et de nouveauté dans le champ littéraire.

Ainsi, Nathan s'invite chez vous pour vous faire découvrir son histoire. Une histoire comme il en existe beaucoup. Marthe, la maman de Nathan est atteinte d'un mal incurable et ne pourra pas rester encore très longtemps sereine et sur d'elle.

Nathan s'est éloignée de sa famille en pensant échapper aux maux, aux secrets, aux non-dits qui entoure ce cercle familial. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir souvent entendu dire qu'il ne fallait pas fuir mais plutôt affronter pour construire ensuite son avenir.

Gabrielle Tuloup explore ainsi les psychologies des personnages de manière pudique je trouve au départ et puis avec plus de force ensuite. J'ai senti que la carapace de Nathan s'effritait mais sans casse brutale. Rien de très flagrant au début mais la sensibilité change, les mots écrits pour dire les sentiments sont plus doux aussi. Au cours du récit Nathan quitte le jugement pour parvenir à l'affect.

L'enfant et la mère sont comme deux étrangers et puis en faisant chacun un pas, la glace se brise. Marthe a eu une formidable idée en laissant à Nathan des courriers dans lesquels elle s'exprime. Parfois j'ai eu envie de dire "enfin vous vous parlez !".

Je n'étais pas particulièrement pressée de découvrir ce roman car il en émanait, en première impression, quelque chose de triste et douloureux. Je n'avais pas envie de vivre ça et d'imaginer que cela pourrait arriver à un de mes proches. Mais, malgré un temps parfois plus ou moins long de réflexion, je ne suis pas quelqu'un qui renonce.

Et puis comprendre ce que les deux parties peuvent ressentir, vivre, dire, penser, m'attirait. Comprendre le monde dans lequel j'évolue est une motivation intarissable chez moi alors je me suis plongée avec curiosité dans le texte.

Alzheimer, est un sujet que l'on ne retrouve pas très souvent en littérature, comme un tabou un peu et pourtant c'est le deuxième livre où je trouve de l'espoir à la lecture. Le premier était "Mademoiselle, à la folie" qui évolue dans un autre environnement.

J'ai trouvé de l'espoir car même si Alzheimer est au cœur du livre, ce n'est pas ça qui le rend marquant. Non ce qui rend ce livre touchant, poignant c'est de voir que le temps perdu entre deux êtres, les rendez-vous manqués, les mots qu'on ne dit pas et qui pourtant auraient changés les choses bien avant forment un mélange d'émotions qui finalement abouti à une ouverture sur la compréhension, la découverte parfois et surtout l'amour qui n'a jamais cessé d'être présent entre une maman et son fils ! L'amour entre Marthe et Nathan a toujours été sous-jacent, intuitif mais rarement dit.

Cette lecture n'est pas une lecture feel-good on s'en doute bien mais il n'empêche qu'elle reste une lecture intéressante et surprenante !

Merci les 68 premières fois !!!




Quelques infos sur l'auteur :



Gabrielle Tuloup est professeur agrégée de Lettres et slameuse.
Championne de France de slam 2010, elle utilise cette discipline pour transmettre son goût de la langue aux élèves du collège Diderot d’Aubervilliers.
 "La nuit introuvable" (2018) est son premier roman.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire