mercredi 11 septembre 2019

Les Carnets de Cerise, tome 1






Détails :


Auteur : Joris Chamblain
Illustration : Aurélie Neyret

Nombre de pages : 76
Edition : Soleil
Genre : BD


Résumé :


"Il était une fois... Quand j'étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j'avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois... ben moi, Cerise ! J'ai dix ans et demi et mon rêve, c'est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c'est d'observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l'on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes...
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu'un de vraiment mystérieux..."


Mon avis :

Quand tu reçois un cadeau tel que "Les carnets de Cerise", nul doute que la personne qui offre te connaît bien, même très bien !

Cerise est une jeune fille pleine d'imagination et son rêve est de devenir romancière. Avant cela il faut qu'elle apprenne de son quotidien et de ce qu'elle observe pour ensuite mettre toutes ses idées en ordre et produire son premier livre. 
Ainsi elle décide de démarrer un journal intime pour garder trace de toutes ses formidables découvertes.


Et dans ce premier tome, nous nous sommes régalées avec Romane. Le texte du début je l'ai lu à voix haute pour que Romane comprenne bien et qu'elle me pose les questions qu'elle voulait. Ensuite nous avons lus le reste du livre chacune de notre côté avec toujours des impressions entre deux moments.


Ce qui ressort de cette lecture c'est qu'il s'agit d'une formidable découverte, nous sommes tombées toutes les deux sous le charme de Cerise !

C'est une bande dessinée qui est très jolie visuellement, les couleurs sont douces et font qu'on se plonge très vite dans l'univers de Cerise. 
 
Ensuite, les idées sont belles, j'ai trouvé beaucoup de poésie, de bienveillance et de tendresse dans le message transmis. On a aimé l'optimisme et le dynamisme de Cerise, il est totalement en adéquation avec ce qu'est aussi ma fille. Et la cabane dans les bois, le zoo, les animaux sont autant d'atout pour développer l'imaginaire des enfants. 


On découvre un peu tardivement cette BD puisqu'elle est sortie en 2012 mais c'est tellement bon de savoir qu'il nous reste des volumes à découvrir que finalement c'est le bon timing puisque Romane est aussi en âge de commencer à lire les bd facilement.
 
Merci beaucoup pour ce très beau cadeau mon amie !
 



Quelques infos sur l'auteur :



Joris Chamblain est scénariste de BD.

Il décide très vite que la Bande-dessinée sera son métier, il s'essaye aux dessins mais se met rapidement à écrire.

En 2009, il fait des essais pour la collection "ciboulot" des éditions bac@bd.

Un an plus tard, en octobre 2010, son premier album "La recherche d’emploi" sort dans cette collection.

Aujourd’hui, il consacre tout son temps à l’écriture de scenario de bandes-dessinées, de livres jeunesse et s’essaye même au roman.

Il a écrit 28 livres et a obtenu le prix jeunesse au festival d’Angoulème pour la bande dessinée "Les carnets de Cerise".
En 2018 il est récompensé à Blois pour "journal d'un enfant de la lune".

Sa page facebook : https://www.facebook.com/chamblainjoris/



Quelques infos sur l'illustratrice :


Aurélie Neyret est illustratrice et dessinatrice de bande dessinée.

C'est après un bref passage par l'école Émile Cohl qu'elle décide de développer son style en autodidacte.

Depuis, elle travaille pour la Presse et l'édition internationale. Elle illustre divers magazine jeunesse (J'aime Lire, Histoire Junior) et nous invite au voyage avec "Les Vacances de Monsieur Rhino", un album jeunesse écrit par Raphaël Baud aux éditions Chocolat.

Après plusieurs parutions BD dans des collectifs, elle signe en compagnie de Joris Chamblain son premier album: "Les Carnets de Cerise", édité par le label Métamorphose de la maison d'édition Soleil.
En 2019, elle signe l'affiche de la 43ème édition du festival de BD de Chambéry.

Elle vit à Lyon.

Pour plus d'informations, voici son blog
http://ecartez-vous-jarrive.blogspot.fr/


Source : babelio


mardi 10 septembre 2019

Les âmes perdues




Détails :
Auteur : Franek Czerniak

Nombre de pages : 174
Edition : auto-édition
Genre :  contemporain


Résumé :

Contre vents et marées, Tom Korslaw a toujours couru après une vie idéale. Son ami Paul lui a donné l’opportunité de poursuivre ses ambitions en s’associant à la création de la société ToPboard, spécialisée dans la fabrication et la vente de planches de surf.
Mais après un divorce et une fille qu’il voit peu, après dix années de travail acharné, le corps de Tom cède.
Contraint de rejoindre l’Ile de Ré le temps de sa convalescence, il emménage dans la petite maison de ses parents, aussi vide que l’ile en arrière-saison. Quelques temps après son arrivée, il fait la connaissance d’Alice, la petite fille du père Ballanger, un marin que Tom appréciait et qui vient de s’éteindre. Alice est venue faire le ménage dans la maison de son grand-père, une parenthèse pour se trouver elle-même, au milieu de ce monde dont elle n’attend rien.
Ce sont deux âmes échouées qui s’accompagnent tout au long de leur retraite temporaire, deux êtres qui vont se révéler à eux-mêmes et qui ne savent pas encore qu’ils vont jouer chacun un rôle fondamental pour l’autre.

Avec eux, venez découvrir le secret qui sommeille en vous.


Mon avis :

Je fonctionne beaucoup à l'instinct pour le choix de mes lectures. Parfois certains livres qui devraient être sur le dessus sont décalés. La raison : je l'ignore !
Mais mon âme sait…

Ce livre n'a donc pas échappé à la règle et il s'est retrouvé dans mes livres à lire pour les vacances. C'est une période où je suis plus disponible surement mentalement et donc les mots percutent surement d'une manière plus radicale !

Toujours est-il que je suis partie dans l'aventure de Tom Korslaw, un homme dynamique et (trop!?) passionné par son travail.

Rapidement on voit que quelque chose cloche dans sa vie. Il n'accorde que très peu de temps à sa fille et ne pense qu'à une chose : sa performance professionnelle.

Jusqu'au jour où son corps lui rappelle qu'il est là et que sans lui il ne sera plus rien !

Commence alors un long voyage au pays de son âme pour comprendre, réfléchir, vivre, et prendre les bonnes décisions. Je n'ai pas dit qu'il n'était pas têtu… le diction "chassez le naturel, il revient au galop" lui correspond d'ailleurs très bien.

Malgré tout Tom va avancer dans sa vie et permettre à son univers de changer.

Les rencontres qu'il fera, les retrouvailles attendues, les décisions prises feront prendre à Tom un chemin encore inexploré. Il ne sera pas fait que de choses faciles mais il sera son nouveau terrain de jeu.

C'est un livre qui est porteur de jolis messages, très bien écrit et je me suis rapidement attachée à Tom et à Alice aussi. Ils sont chacun bien différents mais ils ouvrent deux champs de possibilités attirants. C'est vrai qu'en sortant de cette lecture on peut s'imaginer choisir des itinéraires variés et finalement on se rend compte que tout est possible. La mise en place est parfois ponctuée d'obstacles mais quand la motivation est présente rien ou très peu de choses peuvent arrêter le changement.

Comme tout livre axé autour du développement personnel, il reprend tout à fait les codes et schémas qui mettent en route les changements de vie.
Je l'ai donc lu comme tel !

Le doute que j'ai concerne plutôt l'univers du développement personnel en lui-même. J'ai en tête que pour changer il faut un déclic et tout en ayant saisi le message de l'auteur je n'ai pas ressenti ce déclic alors je conseille cet ouvrage comme un roman contemporain et une très belle histoire de changements de vie !

Un très bon moment de lecture pour moi ! 



Quelques infos sur l'auteur :


François-Xavier Cerniac est un écrivain français.

Issu d'une filière scientifique, il a commencé par l'écriture de scénarios de courts-métrages, puis a participé à des concours avant d'écrire des nouvelles.

"Le tombeau du phénix", son premier roman, vendu à plus de 10 000 exemplaires, a obtenu le Prix VSD du Polar 2011 - Le coup de cœur de Didier van Cauwelaert.

Il sort en 2013 son deuxième thriller "Memoria". Un an plus tard, nous découvrions la suite avec "Les gardiens de Dieu" (2014).

En 2018, il publie un nouvel ouvrage, à compte d’auteur, "Les âmes perdues, vous ne verrez plus jamais le monde comme avant", dont il a choisi de prendre le pseudonyme Franek Czerniac, un hommage à ses grands-parents originaires de Pologne.

Reconnu comme auteur de polars, il change de registre en publiant "C’est ta chance" (2019), une comédie romantique sur fond d’espionnage.

page Facebook : https://www.facebook.com/Fran%C3%A7ois-Xavier-Cerniac-Auteur-149833648375951/
Source : babelio



lundi 9 septembre 2019

Parasite






Détails :
Auteur : Sylvain Forge

Nombre de pages :
Edition : Mazarine
Genre : Thriller


Résumé :

La capitaine Marie Lesaux, fraîchement débarquée au sein de la brigade de protection de la famille de Clermont-Ferrand, se voit confier, sous le sceau de la plus grande des confidentialités, l'étrange mission de tester les capacités de son nouveau coéquipier. Valmont, réputé infaillible et doté d'une puissance de travail sans égale, serait capable d'élucider des affaires non résolues, quelle que soit leur complexité. De fait, Valmont n'est pas un policier comme les autres, mais bien une somme d'algorithmes, un formidable programme expérimental ultra secret à la puissance de calcul phénoménal mis en place par l'État français pour lutter contre toutes les formes de criminalité : un savant mélange d'intelligence artificielle et de réalité virtuelle que Marie va devoir appréhender pour mieux comprendre le formidable champs des possibles permis par la police 2.0. Assistée d'Ethan Milo qui a travaillé sur le projet et qui vit cloué dans un fauteuil des suites d'un attentat, mais en but à l'hostilité de certains de ses collègues, la jeune capitaine va mettre Valmont sur le cas du « suicide » d'une fillette d'origine africaine retrouvée au pied d'une tour. La gamine est-elle vraiment tombée toute seule ? Quel crédit accorder à cette rumeur insistante dans les quartiers, entre terreur et légende urbaine, indiquant qu'une « hyène » vaudou, mi-homme, mi-animal, tournerait dans les citées pour « voler » des jeunes filles ?


Mon avis :

Sur mon blog vous l'aurez surement remarqué, je lis souvent du roman contemporain, de la littérature blanche mais il m'arrive de lire aussi du thriller, du polar.

J'avais très envie de découvrir Sylvain Forge pour plusieurs raisons :
- c'est un auteur qui vit dans ma région (je crois que c'est encore le cas)
- son sujet semble très actuel
- c'est un roman publié chez Mazarine et c'est pour moi, gage de qualité.

Ainsi j'ai ouvert le roman et démarré ma lecture de ce thriller dans lequel les codes habituels allaient être bousculés. Parfait pour démarrer mes congés d'été !

Faire connaissance avec la capitaine Marie Lesaux c'est déjà mettre de côté l'aspect sentimental car elle est arrivée à la brigade de protection de la famille pour exercer son job et ce de manière efficace.

Elle va nous entraîner dans un endroit sombre, mystérieux et connu de seulement quelques personnes car il s'agit de tester son nouveau collègue, Valmont, mais aussi de le mettre à l'abri des regards indiscrets.

Pour tester Valmont, un programme expérimental de la police 2.0 il fallait quelqu'un qui sache tenir sa langue…

Tout au long du récit nous allons naviguer entre le réel et le virtuel. Entre ce que nous sommes capables d'accepter en tant qu'humain et ce que notre cerveau est capable d'ingérer en tant que entité à part !

Oui il faut laisser de côté ce que nous connaissons pour accepter de suivre Marie Lesaux dans son enquête. Elle va devoir affronter des nouveaux éléments sur lesquels elle n'aurait aucune maîtrise sans Valmont. A moins que Valmont ne soit manipulé pour l'entraîner au-delà de ses limites…

Premier roman que je lis de cet auteur et premier roman lu avec succès. Je suis sortie de ma zone de confort et j'ai aimé ça. Je ne me suis pas du tout ennuyée et les pages se sont tournées rapidement parce que l'auteur a su me tenir en haleine, parfois en apnée pour suivre cette femme qui n'était pas destinée à vivre toutes ces choses en si peu de temps.

J'ai trouvé ça très intéressant d'associer aussi d'autres univers tels que les légendes et autres rites africains par exemple.

Les scènes décrites et la ténacité de son héroïne sont les deux premiers arguments qui m'ont convaincue. Je n'y connaissais rien en technique et autres informations liées à la nouvelle technologie qu'est Valmont mais j'ai adoré plonger dans cet univers. Je trouve que l'idée est excellente et permettrait surement de faire avancer beaucoup d'enquêtes.

Un outil comme Valmont au sein de la justice française serait surement très utile pour aider dans les anciennes affaires. L'exploration permise par les nouvelles technologies est impressionnante. Si elle pouvait faire peur à ceux qui ont l'intention de mal agir, ça pourrait être bien… et puis comme chacun sait "la vérité se découvre toujours", il suffit juste de bien regarder partout...

Pour la partie roman, j'ai trouvé qu'elle s'intégrait très bien avec tout l'aspect technique. Aspect technique qui est d'ailleurs très fourni et qui m'a permis d'apprendre beaucoup. Je n'ai pas spécialement peur des "parasites" mais après avoir lu ce roman, c'est vrai qu'on peut regarder nos animaux domestiques et leurs colocataires (parfois) d'un oeil différent.

C'est, pour moi, un très bon thriller et il me donne bien envie de continuer à découvrir l'univers de Sylvain Forge.
 
Quelques infos sur l'auteur :



Après une enfance en Auvergne, des études de droit et un passage à Paris, Sylvain Forge voyage et s’imprègne de multiples ambiances, de l’Afrique du Sud au Canada. Il vit désormais à Nantes.

Un premier roman – resté dans un tiroir – plante en lui les germes d’une passion future pour l’écriture. Durant plusieurs années, il bâtit des scénarios de jeux de rôle qui lui donnent le goût de raconter des histoires. Élaborer une intrigue bien ficelée : voilà son plaisir.

Son premier livre, "La ligne des rats", paru en mai 2009 aux éditions Odin (Nantes), est un thriller écologique sur les pesticides.

Sylvain Forge est aussi amateur d’histoire ; ancien guide touristique, il a signé avec "Le vallon des Parques" (éditions du Toucan) un deuxième opus dont les péripéties se déroulent à Vichy en 1943.

L’auteur a bouclé un troisième roman paru fin 2013 "La trace du silure" dont l’intrigue se déroule à Nantes.

Il a reçu le Prix 2018 du quai des Orfèvres au nouveau siège de la PJ parisienne pour son roman "Tension extrême".


jeudi 5 septembre 2019

Tout le bleu du ciel




Détails :
Auteur : Mélissa Da Costa

Nombre de pages : 654
Edition : Carnets Nord
Genre : Contemporain


Résumé :

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.



Mon avis :

Cet été j'ai beaucoup lu et donc j'ai de quoi remplir des avis pour quelques temps MAIS il y a un roman qui sort totalement du lot et pour lequel je n'attendais pas autant de remue-ménage interne…


Emile et Joanne sont deux jeunes personnes que la vie a décidé de malmener, on ne sait pas pourquoi, on ne sait pas trop comment mais ensemble ils vont vivre une aventure unique, singulière et leurs vies en seront transformées à tout jamais !
 
Quand j'ai fini ma lecture, un vendredi soir à plus de 22h30, étant portée par les derniers mots, les derniers événements racontés j'ai ressenti le besoin de faire part "à chaud" de mes impressions. Ne connaissant pas l'auteur je me suis adressée à la personne qui m'a fait parvenir ce roman, Lauriane.

Je me suis sentie remplie de tellement de sentiments différents que je devais déposer mes mots à quelqu'un.

Je vous livre ici une partie de mon mail concernant ce roman parce que je pense qu'il est d'une telle richesse émotionnelle que chacun y trouvera son compte. Pas forcément sur les mêmes détails, les mêmes situations mais il marque.
 
"Bonsoir,
Quand je fais le tour de mes lectures je me rends compte que je lis assez peu de pavés. 
La faute m'en incombe complètement...j'aime changer régulièrement de livre...et parfois dans les pavés je saute des passages parce que c'est trop long etc...
 
Vous m'avez fait mentir sur deux choses avec ce livre…
 
Je n'ai pas vu passer les pages de ce roman... je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre et l'emmener absolument partout tellement je m'y suis accrochée, je me suis perdue avec Emile et j'ai regardé le ciel avec Joanne.
 
Et je dois vous avouer que je suis une personne peu expressive... j'ai parfois la sensation de ne pas ressentir ce que je devrais ressentir quand un événement heureux (ou pas d'ailleurs) survient. Je suis toujours sur le même bord... j'intériorise beaucoup et les conséquences se voient à l'extérieur (surpoids important)... toujours est-il que je pourrais maintenant dire que Melissa Da Costa a su trouver ce qu'il fallait pour que la vanne s'ouvre... j'ai admiré Joanne et je me voyais en elle... je n'ai pas de fils comme Tom blue dans le ciel mais une sœur perdue trop jeune... Joanne m'a profondément émue parce qu'elle est ce que je suis, touchée mais jamais coulée !

Sa pudeur et son incroyable humanité m'ont beaucoup appris et je quitte ce soir avec beaucoup d'émotions et de nostalgie ce livre…
 
Ce que ce livre provoque est unique et irremplaçable !
 
Il m'a permis de comprendre que je peux ressentir et exprimer toutes ces choses en moi...
Ce livre est un livre qui recèle bien des trésors
 
Joanne est une sacrée belle surprise…"

En relisant ce mail envoyé je me rends compte que j'évoque assez peu Emile. Ce n'est pas tellement volontaire, plutôt qu'à la fin de ma lecture j'étais envahie par ce qu'est Joanne.

Mais Emile est aussi un moteur très important pour l'histoire parce qu'il porte l'espoir et surtout la résilience.

Je ne m'attendais pas du tout à ça notamment parce que je l'ai trouvé classé en style "romance" alors que ça n'est pas du tout le cas à mon sens. Certains y verront surement un peu d'utopisme dans les idées mises en avant mais moi j'y vois une merveilleuse façon d'aborder la vie et de la vivre !

Ce roman est mon coup de cœur de l'été et bien plus encore lorsque j'ai reçu un mail de l'auteure en réponse à mes ressentis  !


 

Quelques infos sur l'auteure :


Mélissa Da Costa est une romancière française.

Après des études d’économie et de gestion à l'Institut d'administration des entreprises de Lyon (IAE) (2008-2011), elle est chargée de communication dans le domaine de l’énergie et du climat.

Elle suit également des formations en aromathérapie, naturopathie et sophrologie.

"Recherche compagnon(ne) de voyage pour ultime escapade" (2017), sortie en librairie sous le titre "Tout le bleu du ciel" (2019), est son premier roman.



lundi 2 septembre 2019

Premier arrêt avant l'avenir




Détails :
Auteur : Jo Witek

Nombre de pages : 224
Edition : Actes Sud junior
Genre : jeunesse


Résumé :

Une échappée belle entre Marseille et Paris pour Pierre, en quête d’amour, d’engagement et de liberté. Un lumineux et émouvant roman d’apprentissage.
 
Pierre, brillant bachelier primé au concours général, quitte son lycée rural et un milieu modeste pour rejoindre Paris et une prépa d’excellence. La voie royale pour un pur outsider boursier à qui on a toujours rappelé combien il était redevable à la société. Le voilà parti… Mais dans le train Pierre fait la connaissance de la flamboyante Olympe. La jeune fille porte des dreadlocks, voyage sans billet, lit Proudhon et doit partir pour une mission humanitaire sur un voilier. C’est le coup de foudre, un chaos amoureux qui bouleverse l’existence rangée de Pierre et lui ouvre de nouveaux horizons. Sa vie de jeune adulte commence à peine et le voilà qui doute, hésite, vacille. Et si c’était à lui de décider de son avenir ? Et si à dix-huit ans on avait le droit d’être léger ? Pour la première fois, il est prêt à désobéir aux profs, à décevoir sa famille, pour seulement écouter
ses envies. Pour la première fois, il peut décider seul : suivre Olympe ou rentrer sagement à Paris…






Mon avis :
J'ai découvert ce livre après avoir été sélectionnée pour les Explorateurs young adult.
Dans la liste proposée j'avais coché ce titre car je ne connaissais l'auteure que de nom et j'étais attirée par le titre également.

Nous rencontrons Pierre, jeune homme tout juste majeur, prêt à entrer dans sa vie d'adulte. Quel bouleversement ! Il doit à la fois devenir autonome et étudier seul à Paris. L'émotion est forte au moment du départ vers la capitale, mais Pierre doit-il retenir seulement cela pour débuter dans la vie ? Le détachement d'avec les siens pourrait sembler relativement facile car la communication n'a pas été spécialement leur grand lien au sein de la famille mais malgré tout ce départ signe le début d'une nouvelle aventure. C'est ce que l'auteure va nous faire traverser au cours de son récit.
J'ai trouvé ce roman très intéressant en tant qu'adulte. Je n'ai aucune idée de ce que j'aurai fait si je l'avais lu à mes 18 ans... le questionnement sur la vie est omniprésent dans le texte et j'ai ressenti très fortement les différentes options qui s'offrent à Pierre. Les choix à sa disposition ne sont pas anodins. Il y a ce qu'il pense bien et il y a ce que la vie met sur son chemin.


La passion ou la raison !

En tant qu'adulte et maman je crois que je peux affirmer après ma lecture avoir perdu cette insouciance qu'il m'aurait fallu au moment des choix cruciaux pour l'avenir.

Pierre va faire les rencontres nécessaires à son cheminement personnel et certains actes sont finalement pas surprenants une fois qu'on maîtrise bien son personnage. Cependant il reste un goût d'aventure en chacun de nous et je crois que Pierre fait les choix que tous nous aurions fait. Rien de tel que l'action pour ressentir, vibrer, aimer, penser, agir...

C'est un texte qui est très bien écrit et dans lequel les émotions sont bien retranscrites. Je n'ai pas ressenti du tout d'exagération car le personnage de jeune adulte qu'est Pierre est tout à fait cohérent. J'ai aimé sa façon de réfléchir et son attitude face à la vie.

Je relirai à coup sur un roman de Jo Witek car je trouve qu'elle se positionne parfaitement dans l'univers proposé et ses dernières pages sont tellement marquantes. J'aurai voulu avoir l'audace d'exprimer avec autant de force, de persuasion et de motivation ce que je ressentais à l'instant où j'ai pris ma vie d'adulte en charge.

Une très belle lecture pour cette rentrée littéraire versus ados ! 
 



Quelques infos sur l'auteur :




Au départ comédienne et conteuse, JO WITEK se dirige assez vite vers l’écriture. D’abord pour le cinéma, en tant que scénariste et lectrice, puis pour la presse écrite et la littérature. Depuis 2009 elle écrit particulièrement pour les ados, des documentaires à La Martinière Jeunesse et des romans, au Seuil Jeunesse – En un tour de main et Récit intégral (ou presque) d’une coupe de cheveux ratée. Chez Actes Sud Junior, elle est l'auteur de Peur Express, Rêves en noir, Un hiver en enfer, Ma vie en chantier, Un jour j'irai chercher mon prince en skate, Le Domaine, Y a pas de héros dans ma famille, Une fille de... et Premier arrêt avant l'avenir.
Dans la boutique de Madame Nou (illustré par Nathalie Choux) est le premier album qu'elle publie chez Actes Sud Junior.
Elle réside à Pézenas.
 
Photo © Julie Legrand



mercredi 28 août 2019

Les Fringales Littéraires

Aujourd'hui, c'est un article un peu spécial que je vous propose, il est consacré à une librairie !


Qui dit librairie dit livre donc tout est lié, la boucle est bouclée et voici donc le pourquoi du comment…


Sur le site lecteurs.com où j'ai régulièrement l'habitude de mettre ma touche personnelle dans les avis lectures, sur les participations aux concours, défis, partenariats, une demande m'a particulièrement attirée.


Il était question de donner envie à lecteurs.com et donc à toutes les personnes qui consulte le site, d'aller dans une librairie que l'on adore !

L'idée m'est donc venue de parler des Fringales littéraires aux Herbiers…






Aujourd'hui je vous propose de découvrir mon texte et à la fin le lien vers la vidéo qui a été réalisée chez Jessica.

Vous pouvez participer au concours pour remporter un des trois livres présentés par Jessica sur le site lecteurs.com.

"Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ma librairie "Les fringales littéraires" aux Herbiers.
 C'est étrange d'ailleurs de dire ma librairie, comme si le lieu nous appartenait, comme s'il gardait notre âme tranquillement parmi ses rayonnages même une fois que nous soyons sortis.
 Comme si notre présence remplissait les étagères de nos lectures faites, de celles à venir, de ces échanges hors du temps.
 Car il faut bien admettre que lorsque je rentre dans cet endroit magique, nul ne peut me contraindre à regarder l'heure.
 D'ailleurs, avez-vous déjà vu une horloge dans une librairie ? Moi non, ou alors je fais un déni d'horloge.

 Lorsque je pénètre dans l'antre de la culture telle que je la vois aux Fringales littéraires, il se passe inéluctablement quelque chose.
 Instantanément c'est comme si j'avais pris le train à la station 9 3/4, vous savez celle qui vous emmène vers tous les possibles ?
 Jessica me fait cet effet… Elle vous dit bonjour telle une amie, avec le sourire jusqu'aux oreilles et les yeux pétillants comme un enfant devant un sapin de Noël.
 Oui, Jessica est la libraire qu'il me faut.

Oui, Jessica sait que lorsqu'une personne rentre chez elle, la vie des livres présents va changer. Ceux qui seront doucement caressés sur les tables près du comptoir, ceux qui seront sortis de leur emplacement pour être observés, regardés, lus, ceux qui sont mis en avant pour les enfants, ceux autour desquels les conversations vont prendre de l'ampleur.

S'ils pouvaient parler, je pense que les livres diraient qu'ils ne sont pas près à quitter le nid...mais leur maman les encourage, elle sait que leur avenir sera bon, qu'ils seront partagés, échangés, offerts et qu'elle aura de leurs nouvelles puisque les passionnés de lecture reviennent d'une fois à l'autre.

Et Jessica est une merveilleuse gardienne / passeuse de la culture, elle est charmante, accueillante et tellement douée.
 Douée pour réunir les lecteurs / lectrices en proposant des ateliers d'écriture (je rêve de pouvoir y participer), des cafés des blogueurs (j'ai la chance d'en faire partie et de présenter les livres que je veux), des ateliers pour les enfants aussi (ma fille s'y sent comme chez elle d'ailleurs…) et des rencontres avec des auteurs (nous organisons ensemble celle du mois de juin, pour moi c'est très enrichissant de passer de l'autre côté et accompagner Jessica dans la préparation de cet apéro-littéraire).

D'ailleurs c'est à un café des blogueurs que j'ai rencontré une des personnes que je suivais virtuellement et avec qui nous construisons une jolie relation de partage puisque nos lectures sont différentes mais riches et l'envie d'apprendre à se connaître c'est grâce à Jessica.

Entrer aux Fringales c'est se nourrir sainement, c'est faire une pause hors du temps, c'est rencontrer d'autres personnes qui feront un bout de chemin ou non dans nos vies.

La libraire recèle aussi un petit trésor à l'arrière de la boutique, une pause en pleine nature alors que nous sommes en centre-ville. Le temps d'un café ou d'un thé venir s'asseoir sur la terrasse et basculer réellement dans un autre monde, c'est tout simplement ça la vraie vie !

Les fringales littéraires méritent une belle attention car c'est un endroit qui rassemble les générations, les lecteurs / lectrices, les passionnés comme les novices.

Venir aux fringales me fait du bien, beaucoup de bien !

J'espère avoir l'occasion de faire découvrir plus largement cette librairie car elle est le reflet de ce que je veux pour notre pays, que nous puissions vivre de nos passions sans que la moindre poussière vienne ternir ce paysage ! C'est utopique comme vision mais c'est un beau rêve que je garde en tête.

J'imagine que je pourrais en dire bien plus sur cette librairie mais j'ai envie aussi que les gens puissent la découvrir alors gardons quelques mystères…!"


Jessica a ensuite eu la surprise de recevoir un appel de l'équipe lecteurs.com pour préparer le rendez-vous et qu'une équipe puisse venir la filmer à la librairie. Elle a ainsi pu évoquer son métier et son avis sur trois livres de la rentrée littéraire.

Voici donc le lien vers la vidéo publiée ce jour :

mardi 27 août 2019

L'imprudence




Détails :
Auteur : Loo Hui Phang

Nombre de pages : 144
Edition : Actes Sud
Genre : Contemporain


Résumé :



Une jeune femme photographe qui vit à l'instinct, dans l'urgence de ses projets, de ses désirs, retourne dans son Laos natal pour l'enterrement de sa grand-mère. En compagnie de sa mère et de son frère aîné brisé par l'exil, en retrouvant son grand-père, elle réapprend ce qu'elle est, comprend d'où elle vient et les différentes ardeurs qui la travaillent, qui l'animent. Un premier roman audacieux, sensuel et délicat qui révèle le corps comme seul territoire de liberté.




Mon avis :

L'imprudence est un premier roman.

J'aime découvrir des premiers romans car ils sont sources d'aucune comparaison dans la narration et dans le style.

C'est un oeil neuf et neutre qui est posé sur cette histoire que nous conte Loo Hui Phang.

Une histoire familiale compliquée à résumer puisqu'il y a beaucoup d'éléments inhabituels. Le départ du pays d'origine est déjà la grande source de différences entre les membres de cette famille. Chacun a vécu la séparation différemment.

L'auteure nous guide rapidement plutôt vers le ressenti de la fille de la famille qui elle n'a pas connu son pays, elle en est partie trop tôt. Elle va donc arpenter un pays qu'elle connaît peu mais dont petit à petit des souvenirs reviennent ou en tout cas vont se forger. C'est intéressant de voir comment la narratrice met en avant les difficultés de l'intégration tout en étant très descriptive. Très vite on se rend compte qu'elle est motivée pour avancer.

Elle est donc ancrée dans la culture de son pays d'adoption tout en gardant ce lien fragile grâce à ses parents, son frère. Au travers des mots utilisés on comprend rapidement qu'elle va chercher des sensations assez exacerbées pour extérioriser, pour se sentir vivante aussi, ou être acceptée au sein d'une nation.

A travers le style et l'écriture de l'auteure je me suis découvert aussi une curiosité pour le Laos, pays qui m'est totalement étranger et dont je n'étais pas habituée à lire dans les romans. J'ai trouvé à la fois beaucoup de pudeur mais aussi de franchise dans le propos.

Le langage est plutôt subtil et délicat je trouve et elle raconte beaucoup au travers de son corps, chaque événement va la ramener vers cette envie de mieux se connaître, de découvrir son corps etc.

C'est un premier roman que j'ai lu avec plaisir et je continuerai de m'intéresser à cette auteure car j'ai trouvé dans son style toute la douceur et la sensualité d'une jeune femme en pleine évolution.

Un joli premier roman !



lundi 26 août 2019

Comme si tout recommençait




Détails :
Auteure : Léa Wiazemsky

Nombre de pages : 319
Edition : Michel Lafon
Genre : Contemporain


Résumé :



Pour ses 40 ans, Barbara n’a qu’un souhait : que son compagnon lui « offre » cet enfant qu’elle désire plus que tout. Mais à quelques jours de cette date symbolique, il la quitte sans ménagement pour une autre. Désespérée et convaincue qu’elle ne connaîtra jamais l’amour et les joies de la maternité, Barbara décide de tout plaquer. Malgré sa détresse et les regrets qui la minent, elle suit les conseils de sa meilleure amie et postule au poste de directrice de maison de retraite à Antibes, que contre toute attente elle obtient. Au contact de ses nouveaux pensionnaires, elle qui pensait se retirer peu à peu de l’existence découvre une lumière et une force de vie qui l’aideront à panser ses blessures et à comprendre qu’il n’est jamais trop tard pour être heureux.
 
Mon avis :

Alors vous allez dire que niveau timing j'ai fait exprès ?
Forcément avec ce titre, je ne pouvais vous en parler qu'à ma rentrée professionnelle !

Il faut aussi que je vous avoue que j'ai les autres romans de Léa Wiazemsky dans ma pile à lire mais que ce roman "Comme si tout recommençait" est mon premier lu de cette auteure.

Cette histoire va nous emmener faire la connaissance de Barbara. C'est une jeune femme dynamique, moderne et motivée par un souhait à l'aube de ses 40 ans : avoir un enfant !

Son compagnon, à qui on ferait bien la tête au carré par moment, lui a promis qu'il répondrait à son désir le plus cher mais qu'avant il veut profiter ! Soit...

Jusqu'ici nous pourrions penser que l'aspect totalement feel-good allait prendre le pas sur l'intrigue et ne pas nous laisser un souvenir impérissable !

Que nenni !

L'auteure nous propose de suivre l'évolution de Barbara après que la tornade soit passée dans sa vie, elle n'a pas 50 solutions : soit elle s'apitoie, soit elle se relève ! Et moi ce que j'aime, ce sont les défis.

Ce que vous allez découvrir dans ce roman vous laissera tantôt abasourdi (e), tantôt admiratif (ve), et forcément très régulièrement ému(e) non pas tant par les larmes que par le sourire d'ailleurs.

C'est une histoire à laquelle je ne pensais pas m'attacher plus que ça. Parce que le sujet a déjà été traité, parce que jouer avec les émotions du lectorat peut fonctionner ou pas selon notre sensibilité à la tendance feel-good, etc...

Et puis, mon cœur s'est laissé aller à quelques fantaisies et j'ai bien saisi qu'il voulait que mon cerveau le laisse tranquille pendant les vacances.

Il n'était pas question de raisonnement mais bien de passion ! J'ai donc laissé agir et j'ai lu une page, deux pages, trois pages, 319 pages d'un coup d'un seul !

Parmi les arguments que j'ai envie d'avancer figure celui de l'écriture, elle n'est pas figée comme une âme en peine, j'ai senti les impulsions, l'ardeur, l'envie de transmettre les émotions.

J'ai aussi ressenti beaucoup de tendresse, beaucoup d'amour à écrire, inventer cette vie rêvée et que je souhaite à tous les résidents de logements autre que le leur et qui souvent signifie la fin d'une grande histoire… Les souvenirs d'un stage aussi me sont revenus en pleine face et à un instant j'ai pensé que la reconversion de Barbara était peut-être un signe pour moi, qu'un message se cache et qu'un jour je saurai le lire en totalité.

Et c'est ainsi que j'ai pris un plaisir immense, émouvant à lire l'histoire de Barbara et des siens parce qu'à la fin ce que j'ai retenu c'est que chaque humain mérite le respect du premier au dernier jour.  
Ce livre n'est pas que l'histoire de Barbara et de son éventuelle descendance ! Il met aussi en lumière notre société actuelle et ses travers dans la gestion de nos aînés notamment.

Un très beau roman que je vous conseille fortement de lire !



Quelques infos sur l'auteure :




Léa Wiazemsky comédienne et romancière, est la fille de l'écrivain Régine Deforges et du dessinateur Pierre Wiazemsky (Wiaz). Elle est la nièce de la roman­cière Anne Wiazem­sky, et l'arrière-petite-fille de François Mauriac.

Léa participe à l'Atelier Blanche Salant avant de suivre de 2001 à 2004 les cours de l'école d'art dramatique fondée par Jean Périmony.

Non seulement actrice au cinéma ("Eden à l'ouest", 2009), elle joue dans plusieurs pièces de théâtre, on la voit également dans de nombreux téléfilms ("Louis XV, le Soleil noir, 2009).

En 2015, elle prend la plume pour raconter la rencontre aussi bouleversante qu’inattendue entre une jeune femme un peu perdue et un vieil homme solitaire: "Le vieux qui déjeunait seul", un premier roman touchant, salué par la critique.

En 2017, elle nous revient avec son second roman, "Le bruit du silence", un huis clos familial aussi fort que délicat.

page Facebook : https://www.facebook.com/lea.wiazemsky


jeudi 1 août 2019

Comme un enfant qui joue tout seul


Détails :
Auteur : Alain Cadéo
Nombre de pages : 202
Edition : La Trace
Genre : Contemporain


Résumé :
Il faut peut-être des millénaires de gestation
pour fabriquer une Rencontre…
Un sacré coup de pouce du destin pour la favoriser…
Un seul instant pour s’en saisir…
Une seule seconde pour passer simplement à côté. Raphaël, Elena… ou le destin croisé de deux âmes errantes. Il y a ainsi, toujours, si vous cherchez,
aussi minime, aussi lointaine soit-elle,
une histoire en commun entre deux êtres
qui finissent par se trouver…

Mon avis :

Oser aller renouer avec son enfance, son passé, ses failles, ses souvenirs, ce n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît.

Raphaël, sur un coup de tête, décide qu'il est temps. Il se met en route vers son destin sans se douter un seul instant que ce sera la plus grande décision de sa vie. Sur ce chemin nous le suivons à chaque pas. Il est lui, il est nous, il est tout adulte qui un jour cherche des réponses à ses questions d'enfants. 

Le résumé évoque la Rencontre, celle qu'on attend parfois toute sa vie. Effectivement, Raphaël est en quête de sens dans ce qu'il a fait, ce qu'il ressent et ce qu'il envisage. Des hommes, des femmes vont jalonner son parcours car ils sont en quelque sorte des éclaireurs. 

C'est ainsi que porté par les mots de l'auteur nous laissons entrer en nous la douce mélodie des âmes. Chaque pensée, chaque idée, chaque envie est exprimée avec beaucoup de pudeur, de douceur. C'est une des principales caractéristiques de Alain Cadéo que de manier la langue française avec panache et brio.

De nouveau j'ai aimé son ouvrage. Chaque livre est différent mais ils forment un ensemble cohérent autour des sentiments humains, ils laissent une empreinte remplie de respect, d'admiration pour cette écriture, pour ces choix narratifs. 

C'est une histoire qu'il faut lire en ayant vraiment un temps pour elle. Les mots doivent être lus, appréciés, savourés et une fois démarré les pages se tournent toutes seules, elles nous emportent dans un ailleurs entre la terre et le ciel.

Je reste profondément attachée aux deux premiers textes que j'ai lu et en reprenant mes avis, je me rends compte qu'à nouveau avec ce titre, je suis incapable de déterminer un genre précis. En fait, je crois que l'auteur a inventé le style "Alain Cadéo". C'est assez particulier car cela suppose une maîtrise parfaite de la langue, un fond qui tient la route mais l'exercice est très réussi.

Je remercie Alain et Martine Cadéo de toujours penser à moi pour la sortie d'un nouvel ouvrage. 

Une très jolie lecture que je vous conseille !


Quelques infos sur l'auteur : 


Alain Cadéo a écrit plusieurs romans dont "Stanislas premier prix Marcel Pagnol « « Le mangeur de Peur", "Les anges disparaissent", "La corne de Dieu" «  le ciel au ventre » «  l’ocean vertical «  Fin « » macadam épitaphe » « les voix de brume »des textes pour le théâtre.

En 2015, il publie "Zoé" au Mercure de France
En 2016 il publie "Chaque seconde est un murmure" au Mercure de France
Le 24 Novembre 2018 il publie au Editions La Trace « Des mots de contrebande »
Un recueil de textes inédits.