jeudi 19 juillet 2018

Fatigue




Détails :

Auteur : Léonard Anthony / Dr Adrian Chaboche
Nombre de pages : 324
Editions : Flammarion / Versillio
Genre : Essai / Développement personnel


Résumé :
30 000. C'est en moyenne le nombre de jours que nous passons sur terre. En connaissance de cause, souhaitons-nous vraiment continuer à épuiser nos journées en les enlisant dans des habitudes contraires à notre épanouissement ?
Nous sommes fatigués de trop travailler ; fatigués de ne pas trouver le sommeil ; fatigués de chercher l'âme-soeur ; fatigués d'élever des enfants qui deviendront des adolescents épuisants ; fatigués de lutter contre les maux et les douleurs ; d'être disponible en permanence, smartphone à la main...
Et si nous faisions de notre fatigue une alliée ?
Dans ce voyage au coeur de la fatigue, Léonard Anthony, avec Adrian Chaboche, propose d'aller à sa rencontre plutôt que de la combattre.




Mon avis :
Si déjà lire le titre du livre vous donne envie de bailler, sachez que vous avez choisi le bon ouvrage pour découvrir d'où vient votre fatigue !

Je lis finalement assez peu de documentaires ou essais car il n'est pas toujours si évident de lire d'une traite un livre évoquant un sujet en particulier, surtout s'il y a beaucoup de conseils et qu'on sait d'avance qu'on ne les écoutera pas…

Alors, avec un peu d'appréhension, je me suis lancée dans cet ouvrage.

Léonard Anthony nous propose une approche simple et concrète de cet état que nous connaissons tous : LA FATIGUE !

Rien de scientifique, ou si peu, pour nous expliquer que cette fatigue que nous ressentons est présente pour une bonne raison : nous avertir et nous mettre en garde.

L'être humain veut à tout prix être le plus performant possible à l'heure actuelle. Dans ce livre, Léonard Anthony met clairement en évidence que si nous ne respectons pas ce corps dans lequel nous habitons, rien ne se passera comme prévu.

Son propos est très nuancé car il admet que chacun de nous souhaite le meilleur pour lui-même et qu'en même temps nous allons contredire ce souhait à la première occasion qui se présente : faire "juste" un peu de temps en plus au travail un jour, deux jours, 3 mois, 1 an etc... (ceci n'est qu'un exemple, il ne reflète bien sur pas la réalité ;) )

J'ai donc trouvé ce livre très percutant car il frappe là ou ça fait mal, n'importe qui se reconnaîtra dans un ou l'autre des exemples donnés par l'auteur. Nous sommes tous vulnérables et dès lors que nous voulons mettre en oeuvre une connaissance plus approfondie de notre être, il faut s'attendre à des surprises.

Je me suis dit que cette lecture était tombée à point nommé car nous sommes proches des vacances d'été et il faut donc admettre que notre corps a besoin de se retrouver, de ne rien faire aussi, et que notre tête doit accepter de se laisser guider par l'instinct plutôt que par la bienséance ou les obligations.

J'ai trouvé des exemples et des idées pour explorer un peu plus ce qui parfois m'épuise, me rend plus fragile. Attention, je ne dis pas que cela résout tout car je crois qu'il faut vraiment un accompagnement plus poussé pour pouvoir agir. Mais je sais que certains outils sont à notre disposition et notamment certains que j'aime déjà beaucoup comme le yoga ou la méditation.

Ce livre est très intéressant car il n'est pas rempli de termes incompréhensibles au commun des mortels et il n'est pas non plus moralisateur. M'aurait-il réconcilier avec les essais et autres documents ?

Une lecture d'avant vacances qui peut permettre de prendre conscience de la richesse des ressources de notre corps pour tenter de mettre en application au bord de la piscine, ou à la plage ou dans son jardin etc...


Quelques infos sur l'auteur :



Léonard Anthony, dont la famille est originaire de Pondichéry, est chef d’entreprise, éditeur, auteur, et compositeur. Il a été initié il y a plus de vingt ans à la pratique de la méditation et du Yoga Nidra en Inde du Sud. La réflexion qu’il mène autour des questions liées au développement personnel est régulièrement nourrie de ses échanges avec les auteurs publiés au sein de la maison d’édition Versilio qu’il a cofondée avec Susanna Lea.
Sa rencontre et la formation qu’il a suivie avec le philosophe et hypnothérapeute François Roustang marquera un tournant décisif dans la conception qu’il a de ces disciplines ; elle l’amènera à ouvrir de nouvelles voies au sein de sa pratique qu’il nomme Auto-développement et à fonder Mediphi.
Il est coauteur de plusieurs livres dont : "Fatigue", Être là" , "Votre Kama Sutra - Inspirez vos désirs". Ses livres sont publiés aux éditions Flammarion | Versilio, Pocket et Robert Laffont.

lundi 16 juillet 2018

Qui je suis






Détails :

Auteur : Mindy Mejia
Nombre de pages : 396
Editions : Mazarine Thriller
Genre : Thriller


Résumé :
Ce roman retrace la dernière année de la vie d'Hattie Hoffman, dont le corps poignardé a été découvert dans la petite ville tranquille de Pine Valley. Bonne élève, cette jeune fille sage et apparemment sans histoire entretenait une relation secrète, dont la révélation aurait eu des conséquences désastreuses.







Mon avis :
Je suis ravie de découvrir un thriller de chez Mazarine, je crois que c'est le premier chez eux que je lis.

Je ne suis pas spécialiste des thrillers dans la mesure où s'il y a trop de noir ça ne me va pas… En même temps vous me direz un thriller c'est rarement un feel-good book. Bref, étant habituée à la qualité des ouvrages de chez Mazarine, c'était quasi une certitude que j'allais passer un bon moment.

J'ai donc découvert Hattie et sa vie de jeune fille. Rien n'est banal dans cette histoire car Hattie est une jeune femme très intelligente malgré ses 17 ans. Elle vit dans un endroit où tout le monde se connaît et l'impression qu'aucun secret ne peut exister reste très présente au fil de la lecture. Régulièrement on se dit qu'on va trouver avant les enquêteurs celui qui a osé touché un cheveu de Hattie…

Cette histoire est perturbante car au début j'ai presque failli trouver un peu de longueurs au texte, mais finalement l'auteure est aussi douée que son héroïne pour nous laisser croire que nous menons la danse. Finalement les détails et autres descriptions sont très utiles et surtout elles indiquent le chemin à prendre pour trouver la vérité...encore faut-il avoir envie de la voir !

Arrivée aux 3/4 du roman j'ai pensé avoir trouvé le coupable du crime commis sur Hattie. Et j'en suis restée persuadée jusqu'aux dernières pages tellement le récit était convaincant SAUF qu'il y avait des détails à prendre en compte…

Je suis donc ressortie de cette lecture très ravie car la construction du récit a permis de me tenir en haleine jusqu'au bout pour savoir ou toucher du doigt la vérité. La psychologie des personnages est très intéressante également car il n'y a pas seulement un bon et un méchant, il y a aussi toute la dimension de chacun, son univers, sa construction depuis l'enfance. Chaque rouage est important et permet aussi de comprendre ce qui se trame dans les esprits. Les conséquences des actes aussi sont mises en avant dans ce récit et nous oblige à une remise en question...nos faits et gestes ont une valeur !

C'est un très bon moment de lecture et je vous la conseille pour cet été sans problème !



Quelques infos sur l'auteur



  Mindy Mejia est écrivain.

Diplômée d'un BA à l'Université du Minnesota et d'un MFA à l'Université Hamline, elle a travaillé comme gestionnaire de crédit.

Elle est auteure des nouvelles publiées dans diverses anthologies dont "Things Japanese: A collection of short stories" (2009) et "Atria Mystery Sampler 2016" ainsi que dans THIS Literary Magazine.

"The Dragon Keeper" (2012) est son premier roman, suivi de "Qui je suis" (Everything You Want Me to Be, 2017).

Mariée et mère de deux enfants, elle vit à Minneapolis–Saint Paul dans le Minnesota.

son site : http://mindymejia.com/
Twitter : https://twitter.com/mejiawrites?lang=fr


mercredi 11 juillet 2018

L'échange




Détails :

Auteur : Rebecca Fleet
Nombre de pages : 315
Editions : Robert Laffont / La bête noire
Genre : Thriller


Résumé :
« PERSONNE NE VIT AINSI…À MOINS D’AVOIR QUELQUE CHOSE À CACHER. »Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l’occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse y habiter. Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu’elle aurait préféré garder enfouis. Et à présent, cette personne se trouve chez elle…







Mon avis :
L'échange est un livre qui, socialement parlant, est sorti à la bonne période. De quoi se mettre des frissons pendant une période de canicule. Enfin en lisant le résumé c'est ce qu'on peut penser.

Echanger sa maison le temps d'un été est une aventure originale et enrichissante, dans le principe…

En pratique, l'échange peut s'avérer perturbant, vicieux et intrusif. Caroline et Francis vont en faire l'expérience un peu à leurs dépens. Chacun vit avec ses secrets mais lorsque Caroline va comprendre que les siens sont connus d'une autre personne, son sang va quelque peu se figer. A elle de voir ce qu'elle souhaite faire de ses découvertes et jusqu'où iront les conséquences de ses actes.

C'est un roman qui s'annonçait très prometteur, une intrigue plutôt originale en apparence et des personnages bien installés.

Et puis, on entre vite dans la vie de Caroline et Francis car ils ressemblent à M. et Mme Tout le monde finalement. Une vie plutôt ordinaire, des défauts de chaque côté, des qualités également, des habitudes, des certitudes...une vie remplie en somme.

J'ai eu plusieurs ressentis lors de ma lecture. Un enthousiasme au démarrage le temps que l'auteur pose les scènes, les idées, les personnages. Puis un déclin car finalement il n'y avait pas de rebondissements spectaculaires. Et finalement, un regain de motivation dans le dernier tiers du livre car l'intrigue commençait à se démêler. Je n'ai pas été captivée au point de ne pas lâcher le livre un seul instant mais le fait que l'auteure alterne les chapitres selon les points de vue des personnages m'a permis de garder un intérêt régulier pour ce livre.

C'est donc une lecture globale mitigée car je m'attendais à quelque chose de plus dynamique. Oui j'ai été surprise par le dénouement car je ne l'avais pas vu arriver mais je pense que le début était trop long. La mise en place de l'univers m'avait fait perdre le sentiment de crainte. Je n'avais plus le sentiment qu'en tournant une page j'allais avoir le palpitant à fond d'un coup. Alors quand la fin s'est présentée j'étais calme au lieu d'être sur mes gardes.

Je me suis rendue compte que c'était un roman à lire l'été.
Il est intéressant donc on veut savoir ce qui va se passer mais si jamais vous loupez quelques lignes car trop occupé à regarder votre voisin / voisine de plage ce n'est pas grave, vous pouvez reprendre le fil de la lecture tranquillement sans avoir rater un épisode.

Un livre qui se lit bien et vite (tout dépend combien de temps vous restez sur le sable évidemment…)

Quelques infos sur l'auteur :


Rebecca Fleet a fait ses études à Oxford et travaille dans le marketing à Londres.
"L'Échange" (The House Swap, 2018) est son premier roman.
 Twitter : https://twitter.com/RebeccaLFleet?lang=fr

mardi 3 juillet 2018

Ta vie ou la mienne




Détails :

Auteur : Guillaume Para
Nombre de pages : 240
Editions : Anne Carrière
Genre : Contemporain


Résumé :
Hamed Boutaleb naît à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Orphelin à l'âge de huit ans, il part vivre chez son oncle et sa tante à Saint-Cloud, commune huppée de l'Ouest parisien. Pour la première fois, une existence sans adversité s'offre à lui. Hamed saisit sa chance et s'épanouit avec une passion : le football. Il brille dans le club de la ville, où il se lie d'amitié avec l'un de ses coéquipiers, François.
À seize ans, le jeune homme tombe amoureux de Léa, qui appartient à un autre monde, la haute bourgeoisie. L'amour passionné qui les lie défie leurs différences et la mystérieuse tristesse qui ronge l'adolescente. Hamed touche du doigt le bonheur, mais celui-ci vole en éclats lorsque la jeune fille lui avoue que son père la viole depuis ses douze ans. Une nuit, le père de Léa est blessé au cours d une agression. Il en restera paralysé. Hamed est rapidement mis en cause avant d'être incarcéré.
En prison, où il passera quatre ans, la violence devient sa seule alliée. Par instinct de survie, il refuse de revoir Léa. Lorsqu'elle accouche d'un petit Louis, c'est François qui offre son réconfort à la mère et l'enfant, tandis qu'en détention Hamed sombre dans la haine et la colère.
Hamed et Léa se retrouveront, quelques années après. Mais leur amour, toujours présent, suffira-t-il à les réunir ?







Mon avis :

S'il fallait un énorme coup de coeur, ça sera celui-ci !


Voilà c'est bon vous pouvez courir acheter ce livre et le dévorer…

Vous pouvez aussi allez le chercher en bibliothèque et le lire sur place car une fois commencé vous ne pourrez pas le lâcher,

Vous pouvez aussi allez l'emprunter à votre ami(e) qui l'a déjà découvert et lui promettre de lui rendre vite. Cette promesse vous serez sur de la tenir car le livre est tellement bon qu'il vous tardera qu'il soit entre d'autres mains pour être lu, savouré, et partagé.

Autant de manière de faire qu'il existe de sentiments à explorer chez l'être humain ou presque ;)

Autant de manière de faire pour découvrir cette nouvelle plume en la personne de Guillaume Para, je vous promets vous ne regretterez pas...au pire vous y laisserez quelques larmes et mais dans tous les cas vous ressortirez de cet ouvrage le cœur rempli de bienveillance.

C'est un roman qui fait peur aux apparences. Il bousculera vos habitudes car Hamed vous l'imaginerez de mille façons mais peut-être que ce sera la 1001ème qui sera la bonne.

C'est un roman qui envoie balader les préjugés. Léa vous montrera qu'il faut sans cesse garder un oeil neutre sinon la vie passera à vos côtés sans s'arrêter.

C'est un roman qui terrorisera vos pires angoisses et étreindra vos plus douces pensées. La vie c'est aussi des moments compliqués MAIS la vie c'est aussi faire confiance à l'Humain.

Je ne m'attendais pas à ça du tout...je suis tombée de très haut en regardant le point final devant moi et me retrouver avec tout ce paquet d'émotions dont je n'ai pas su quoi faire au début…

L'après-lecture a été terrible ! Avoir envie de relire instantanément ce roman pour y retrouver toutes les sensations par lesquelles je suis passée et en même temps laisser reposer la lecture, la disséquer en quelque sorte.

Et inlassablement depuis avoir envie de prendre dans ses bras tous ces personnages qui se dessinent dans le récit et qui chacun représente l'humanité dans sa globalité… chacun m'a apporté quelque chose...c'est plutôt rare que tous les gens présents soient si importants dans un livre ! Mais la transmission de messages est omniprésente sans non plus tomber dans le pathos.

Je fait assez rarement part directement après la lecture de mon avis à l'auteur. Ce n'est pas évident parce que parfois le soufflé retombe ou à l'inverse on a cru passer à côté d'un élément pour en faire un coup de cœur. Sauf que là dans l'instant j'étais sur de moi, ce livre est une pépite !

Ce récit c'est la vie !

La vie qui mérite qu'on se décarcasse pour la vivre de la meilleure façon possible !

Hamed et Léa sont magnifiquement et terriblement beaux !
Beaux intérieurement car le physique on s'en fout…

Hamed et Léa ont eu rendez-vous avec la noirceur de leurs âmes, ils ont vu, ils ont choisi et leurs décisions sont l'essence de ce livre

Juste parce que écrire cet avis me donne envie de me replonger dans l'univers de Guillaume Para je vous conseille fortement de lire cet ouvrage car il n'est pas possible qu'il vous laisse indifférent...pas avec les mots et la sincérité des sentiments qui sont posés, exprimés.


Et surtout, gardez bien en mémoire avant de commencer votre lecture qu'il vous faut un oeil neutre et laisser vos sens agir pour percevoir toute la subtilité de l'ensemble !





Quelques infos sur l'auteur :


Guillaume Para, 35 ans, est un journaliste politique passionné de culture et de football. Ta vie ou la mienne est son premier roman. 

mercredi 27 juin 2018

Le mystère du tableau volé




Détails :

Auteur : Danielle Thiery
Nombre de pages : 176
Editions : Syros / collection : souris noire
Genre : Enquête / jeunesse


Résumé :
En séjour à Bordeaux avec sa classe, Lucas explore le quartier de la place Saint-Michel où se rassemblent de nombreux antiquaires. Soudain, il tombe en arrêt devant la copie d'un tableau de Botticelli : la scène est classique, mais l'un des anges représentés lui ressemble trait pour trait. Comme si le peintre l'avait pris pour modèle ! Comment est-ce possible ? La journée passe et la seule occasion de montrer cette peinture à sa soeur Lily, c'est en pleine nuit. Lucas parvient à la convaincre de faire le mur…







Mon avis :


Découvrir un roman jeunesse d'une auteure que je n'ai pas encore lu, qui plus est dans le cadre des "Explorateurs du polar" c'est juste parfait comme timing !

Me voici partie avec Lily et Lucas, deux jumeaux de 14 ans, à la découverte de la ville de Bordeaux. Les jumeaux ne sont pas ordinaires car ils ont une attirance particulière pour les enquêtes, les mystères et chaque fois leur instinct de détectives se met en route.

Ce sera le cas cette fois-ci grâce (ou à cause) d'un tableau. Lucas croit s'y voir représenter par le peintre mais comment est-ce possible ?

Bingo, vous venez de mettre le doigt sur ce qui va préoccuper nos deux ados et qui va mettre leur 6ème sens aux abois…

Je suis ravie d'avoir découvert Danielle Thiéry dont c'est le tout premier ouvrage que je lis. Même s'il s'agit d'un livre jeunesse, j'ai eu très vite l'impression d'avoir plongé entre les lignes pour rejoindre Lily et Lucas et me mettre aux recherches avec eux.

Les passages descriptifs de la ville sont parfaitement dosés, et je crois qu'il s'agit de personnages récurrents dans d'autres livres mais je n'ai pas été gênée du tout par cet aspect-là.
Le vocabulaire et les termes techniques utilisés sont très bien adaptés à un roman jeunesse et l'organisation du texte m'a beaucoup plu. Je n'ai pas relevé d'incohérences ni de redondances.

J'ai beaucoup apprécié aussi le fait que les deux personnages soient sur un même pied d'égalité dans leur caractère. Je n'ai pas ressenti de domination mais plutôt l'intelligence de l'auteure d'avoir utiliser les capacités de chacun au service de l'intrigue. De plus, l'auteure a construit une intrigue capable de tenir en haleine les lecteurs et sa maîtrise du sujet est palpable donc très plaisante pour la lectrice que je suis.

Toutes ces qualités dans l'ouvrage et le sentiment d'avoir un livre policier jeunesse digne de nos jeunes lecteurs m'ont conforté dans l'envie de découvrir plus l'auteure.



Quelques infos sur l'auteur :






Danielle Thiéry fut la première femme commissaire divisionnaire en France en 1991. Elle a entre autres dirigé la sécurité d'Air France. Mauvaise graine, son premier polar a paru en 1997. Beaucoup d'autres ont suivi, dont certains ont été traduits. Elle est également l'auteur de la série télévisée Quai n°1 diffusée sur France 2.

Elle a obtenu des prix littéraires,notamment le Prix Polar et le Prix Charles Exbrayat pour "Mises à mort", le Prix Gayant Lecture - Catégorie 3 pour "Nuit blanche au musée" et le Prix du Quai des Orfèvres 2013 pour "Des clous dans le cœur".

Source : http://www.rue-des-livres.com

mardi 26 juin 2018

Une mère modèle




Détails :

Auteur : Pierre Linhart
Nombre de pages :250
Editions : Anne Carrière
Genre : Contemporain


Résumé :
’C'est l'histoire d'une femme qui se met à douter. De la relation avec son fils de dix ans, de son couple, de la vie qu'’elle s’'est choisie.
Un jour, apparaît Moussa, un copain de son fils, pour lequel elle se prend d'’une affection toute neuve. Une chance peut-être ? Celle de devenir la mère modèle d'’un enfant idéal. À moins que tout ne se dérègle. C'est le portrait d'une femme qui se remet à fumer, à vibrer, à transgresser l'’ordre établi et les injonctions intimes. Une femme en crise, à moins qu'’elle ne soit dans le vrai. Une femme qui emprunte un chemin inattendu pour redéfinir sa place dans le monde. Et qui, à son insu, réinvente le lien maternel tel qu’'il pourrait se dessiner aujourd’'hui.
Pierre Linhart est scénariste et réalisateur. Une mère modèle est son premier roman.







Mon avis :
Ne pas lire certains livres avant certains événements !

Ce pourrait être le conseil que je donne pour ce livre.

Enfin c'est un conseil ultra égoïste car je me suis retrouvée dans la situation plutôt inverse de l'héroïne de ce roman mais malgré moi, cette femme a réussi à insinuer un peu de doutes en moi…

Etre femme, puisque c'est le sujet du roman et que j'en suis une, n'est pas chose aisée ! Nous faisons face à des obstacles, surement autant que les hommes, mais il y en a un qui bouleverse toute une vie...le jour où on devient maman.

Chacune cherche sa voie, son destin, l'idée étant de donner à nos enfants une super éducation et sortir de cette maternité la tête haute et fière d'avoir réussi.

Parfois c'est à peine le cas… des erreurs sont commises, des manques restent à combler, des décisions sont difficiles à prendre même si au final l'amour reste au centre de la relation mère-enfant.

Cette femme qui représente finalement la Femme, est traversée d'envies, d'ambition, de rêves mais elle n'arrive pas à les mettre en mots et à l'inverse les maux s'installent et gagnent du terrain en elle.

La relation qu'elle créée avec l'ami de son fils est particulièrement déstabilisante, n'importe quel enfant serait "jaloux" où désarçonné devant cette mère qui semble presque oublier qu'elle a mis au monde un enfant. A la lecture, j'ai ressenti cette différence qui prenait de l'ampleur et qui rendait l'ambiance lourde et complexe.

J'ai eu beaucoup d'empathie pour Joachim, le fils, qui m'a semblé en recherche incessante de l'amour maternel, parfois j'avais envie de leur dire "mais faites juste un pas l'un vers l'autre et ça va se débloquer". Mais rien n'est jamais aussi simple dans la vie.

Il faudrait bien plus qu'un pas pour que cette héroïne reprenne pied dans la réalité. Ses décisions porteront la marque des difficultés de cette étrange période que la famille vit. Certains choix seront étonnants et même dérangeants je trouve mais je crois qu'ils sont fait dans le respect de Joachim aussi…

Cette lecture a eu deux facettes :

* j'ai aimé : le thème, la façon d'écrire, le huis clos installé entre seulement 3 voire 4 personnages, le fait d'être obligée de sortir de cette zone de confort du style "tout va bien je vais bien" qui n'est pas le cas ici.

* j'ai eu du mal avec : les choix qui sont faits mais comme je le disais au début je l'ai lu juste au moment où il ne fallait pas je crois ;) , le caractère de cette femme que j'ai trouvé parfois vraiment égoïste et que j'avais envie de secouer...

Impossible de dire que je n'ai pas aimé ce livre car ce roman met juste en lumière des aspects de nos vies actuelles, de nos âmes que nous ne voulons pas toujours voir. Cet ouvrage permet donc d'ouvrir la réflexion plutôt que se prendre en pleine face tel un boomerang les sentiments enfouis sans y être préparé.


Une nouvelle fois, les 68 m'auront permis de découvrir un univers unique.


Quelques infos sur l'auteur :


Pierre Linhart, né le 22 juillet 1970, est un scénariste et un réalisateur français.
 Diplômé de la Fémis (département Scénario, promotion 1994), il a travaillé comme scénariste sur des projets de longs métrages, documentaires et séries télévisées. Il a été l'assistant de William Klein pour Le Messie.
 Animateur d'ateliers d'écriture, il dirige un atelier scénario à la Fémis (initiation à l'adaptation). Il est le fils de Robert Linhart.
 En 1993, "Léo et les bas" (court métrage) reçoit le Prix de la première œuvre au festival de Lille.
 En 2006, "Les inséparables" (mini-série, coécrite et coréalisée avec Christiane Chabi-Kao) reçoit le prix de la meilleure série télévisée africaine au festival de Montréal, Vues d'Afrique, prix des droits humains au Fespaco.
Source : Babelio

lundi 25 juin 2018

Le vieux monde est derrière toi




Détails :

Auteur : Pascale Perrier et Sylvie Baussier
Nombre de pages : 236
Editions : Fleurus
Genre : Jeunesse


Résumé :
Quand Joël et Madeleine se rencontrent, les barrières et les étiquettes volent en éclat. Pourtant tout devrait les séparer. Lui est aveugle, un peu écrasé par un frère très sûr de lui et vit dans un milieu confortable mais froid. Elle est l'énergie même, rêve d'être journaliste, et protège son jeune frère Bruno, aveugle de naissance. Ils se retrouvent autour de l'INJA (institut national des jeunes aveugles) et apprennent à s'apprivoiser, et à résister aux préjugés, tandis que leurs parents organisent une association pour les aider à mieux vivre au quotidien. L'existence de Joël est de nouveau bouleversée quand la vue de sa petite soeur Annie décline à son tour. Ensemble, ils vont se battre pour vivre comme les autres. De concours de chant radiophonique en courses poursuites dans les rues de Paris métamorphosées par les événements de mai 1968, ces adolescents se trouvent et affirment leur désir de vivre leurs rêves.






Mon avis :
Un livre jeunesse sur la gestion du handicap dans les années 60, un amour de jeunesse avec des mœurs un peu différentes de notre époque actuelle, des caractères qui s'affirment, des destins qui se dévoilent, des ambitions qui se révèlent, un concentré de dynamisme, la volonté de faire changer les choses...


Voilà une liste non exhaustive de ce que vous trouverez dans cet ouvrage.


Madeleine et Joël sont en pleine adolescence lorsque plusieurs événements vont venir perturber leur vie quotidienne. Joël est non-voyant et Madeleine une très jolie jeune fille. En 2018 nous n'y verrions rien de particulier si ce n'est que Joël se déplace avec une aide plus souvent que Madeleine.


En 1968, c'est tout autre chose. Pour se faire accepter, il a dû traverser certains obstacles et automatiquement il met du temps à faire confiance aux gens.


Ce qui m'a déroutée à plusieurs reprises c'est que je n'arrivais pas à me placer à l'époque de Joël et Madeleine. L'histoire qu'ils vivent pourrait ressembler à "n'importe quelle histoire". Ils sont jeunes, ils se découvrent etc... SAUF qu'ils sont en 1968 !

Et en 1968, l'histoire de la France va être perturbée pour faire face à un vent de rébellion.

Cette volonté de faire changer la société se retrouve aussi dans la vie de Madeleine et Joël car ils veulent que les préjugés cessent et essayer de vivre normalement.

Une fois le contexte placé, l'histoire m'a paru très intéressante car argumentée et la façon d'écrire montre une volonté et une dynamique de la part des auteurs.

Les mots sont percutants et j'ai vu assez souvent se dessiner les personnages dans ma tête, l'imagination de leurs voix, de leur persévérance a été facile car ils sont convaincus du bien-fondé de leurs idées.

J'ai aussi aimé voir que justement du point de vue de leurs parents c'était différent. La confrontation de deux générations était intéressante et permettait de prouver que les jeunes avaient réfléchi avant d'agir.


Une lecture qui m'a demandé un peu de temps au début pour finalement aboutir à un ouvrage de qualité qui m'a fait découvrir la force de la jeunesse !


Quelques infos sur l'auteur :




Quand elle était enfant, Pascale Perrier rêvait qu'elle serait "poète sous un chêne". Depuis, il n'y a toujours pas de chêne dans son jardin, mais son amour pour les mots est resté. De là ses études pour devenir docteur en lettres, où il s'agit peut-être de soigner les mots, et en tous cas d'être à leur écoute.
En plus de celui d'écrire, elle a choisi le métier de documentaliste dans un collège pour être entourée par les livres, en lire et en conseiller. Un de ses grands plaisirs est de rencontrer des élèves dans des classes et d'échanger avec eux des propos sur l'écriture et les livres.
Née en 1969, elle vit en région parisienne entourée de ses quatre enfants.
Elle a publié une douzaine de romans pour la jeunesse, principalement publiés dans la collection "Cascade".

Son site : http://pascaleperrier.jimdo.com/





Sylvie Baussier est auteur jeunesse.
 Elle a fait des études scientifiques puis littéraires (DEA sur le thème de la Littérature Multimédia).
Elle a travaillé comme bibliothécaire, puis comme éditrice pour des encyclopédies générales grand public sur papier ou cd-rom et journaliste avant de se consacrer pleinement à l’écriture pour la jeunesse.
 Elle a écrit de nombreux documentaires historiques très complets ainsi que des essais pour adolescents sur des thèmes forts tels que le handicap ou la mort.
 Elle est l’auteur d’albums et de romans (La série "Le club des poneys", Nathan, 2012, Le Sourire de la guerre, Oskar, 2012, prix du livre d’Histoire de Blois 2014, Les Autres mode d’emploi, Oskar, 2014), et de plusieurs documentaires pour la jeunesse (Bientôt citoyen, Casterman, 2012, La Mythologie, Gallimard, 2014) ainsi que de livres animés très appréciés par les plus jeunes (Kididoc des Pourquoi, Nathan, 2010, Kididoc des Animaux, Nathan, 2014).
 Elle est directrice de la collection "Poil à gratter".

son site : http://sylviebaussier.weebly.com/



Source : babelio

lundi 18 juin 2018

D.R.A.M






Détails :

Auteur : Antony Altman
Nombre de pages :188
Editions : auto-édition
Genre : contemporain un brin futuriste, un brin introspectif


Résumé :
Paris, 1992. Gabriel est un jeune homme de 23 ans, lunaire et romantique, qui nourrit une passion détonante pour une héroïne de série télévisée des années 1970 mondialement connue. À ses yeux, l’actrice qui incarne le rôle représente l’idéal féminin. Aussi croit-il rêver lorsqu’un soir il fait la connaissance de Marzi, sa nouvelle voisine de palier, qui ressemble en tous points à son égérie.
Gabriel ne tarde pas à déclarer sa flamme à la jeune femme, qui de son côté ne reste pas insensible à ce garçon osant porter ses émotions et ses sentiments à fleur de peau. Mais voilà que le meilleur ami de Gabriel fait son apparition au beau milieu de cette romance naissante. Il s’appelle Sacha, possède le physique d’un apollon, le cerveau d’un docteur en mathématiques – ce qu’il s’apprête à devenir dès la fin de ses examens universitaires – et un charme ravageur. Bref, tous les ingrédients d’un suspense psychologique romantique.
Dans la réalité, tout se termine-il toujours aussi bien qu’à la télé ?

Avec ce premier roman d'amour, Antony Altman nous entraîne dans un univers à la fois poétique, drôle et cruel, et nous donne à vivre une merveilleuse romance ténébreuse dans laquelle l’expression « fou d’amour » prend tout son sens. Attention, coup de foudre… danger de passion détonante !







Mon avis :

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais Karine (la magicienne aux fiches magiques de la Maison de la presse à Mérignac) m'a fait parvenir un livre voyageur !

J'étais impatiente car avec Karine nous avons pas mal de lectures en commun et une proposition de lecture de sa part ne pouvait qu'augurer un bon moment de lecture.

Et ainsi j'ai commencé ma lecture...

Gabriel est un jeune homme moderne et sympathique. Il est méga fan (obsédé même) de la série "Super Jamie". Je connais un peu cette série mais j'avais l'appréhension de ne pas la connaître assez car nous avons régulièrement des références fréquentes à cette série.

Finalement, rien de gênant à être novice en "Super Jaimie" car rapidement nous flirtons avec l'inconscient de Gabriel qui part en exploration et à un moment j'ai même relu le résumé à l'arrière du livre car je me suis dit "c'est pas possible je perds la tête j'y comprends rien".

En fait, je pense que c'est normal...Gabriel fait la connaissance de sa voisine qui a une forte ressemblance avec Super Jaimie...alors surgissent en lui souvenirs et autres sentiments enfouis et bien cachés. Le joyeux bazar va donc s'installer dans sa tête et il lui faudra du courage pour en démêler les nœuds et remettre les choses à leur place.

C'est un roman d'amour ça je n'en doute pas du tout car Gabriel est fou de Marzi. Il se sent capable de faire n'importe quoi pour celle qu'il aime au risque d'y laisser des plumes.

J'ai trouvé cette histoire particulièrement originale. Des romans d'amour il en existe plein mais celle-ci nous emmène plus loin dans l'inconscient de l'humain. Avec Gabriel nous traversons les limbes secrètes du sentiment amoureux pour y trouver ce qui fait de nous l'être le plus faible lorsque l'on est face à l'AMOUR.

C'est un premier roman qui a le goût du "encore". J'aimerais lire à nouveau Antony Altman pour voir s'il continue d'explorer et nous faire part de sa connaissance de la psyché humaine ! Il y a tellement encore à dire sur nous...


A mon tour, je vais faire voyager le livre et je crois qu'il va partir vers le Sud ;)

Quelques infos sur l'auteur :




Passionné de psychologie et grand amateur de séries télé, Antony Altman est auteur d'un premier roman "D.R.A.M.: Mémoire vive", publié en 2015.

Il débute dans l’écriture par des textes de chanson, notamment le titre "Le t’aime" pour le duo Next Evidence, sorti chez Capitol EMI. Il est également lauréat d’un concours de poésie parisien, "Des rimes et des rames".

son site : http://antonyaltman.fr/
Twitter : https://twitter.com/altmanantony
page Facebook : https://www.facebook.com/antonyaltmanauteur/

jeudi 14 juin 2018

La nuit introuvable




Détails :

Auteur : Gabrielle Tuloup
Nombre de pages :160
Editions : Philippe Rey
Genre : Contemporain


Résumé :
Un premier roman virtuose sur la reconstruction du lien entre une mère et son fils.
Lorsque Nathan Weiss, 40 ans, expatrié en Slovénie, reçoit un appel téléphonique d'une inconnue, Jeanne Silet, il apprend que sa mère Marthe souhaite le revoir. Cette mère qu'il a oubliée à force d'indifférence depuis le décès de son père.
C'est ainsi que Nathan retrouve Marthe à Paris, atteinte d'Alzheimer, ne le reconnaissant plus vraiment. Mais, avant que la maladie n'ait progressé, elle avait confié huit lettres à Jeanne, avec pour instruction de les remettre à Nathan selon un calendrier précis. Nathan se sent manipulé par ce jeu qui toutefois va l'intriguer dès l'ouverture de la première lettre.
Ces textes d'une mère à son fils, d'une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu'elle formait avec son mari Jacques, sur la difficulté qu'elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu'il découvre ce passé familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé ?
Dans ce premier roman, d'une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l'émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire et leurs sentiments.







Mon avis :
Qui dit premier roman, dit première sensibilité avec l'écriture, dit première découverte d'un lectorat...

Gabrielle Tuloup propose comme thème de premier roman " la maladie d'Alzheimer".

Pas évident d'aller aborder un tel sujet lorsque les lecteurs ne sont pas encore "acquis" mais c'est aussi un gage de primeur et de nouveauté dans le champ littéraire.

Ainsi, Nathan s'invite chez vous pour vous faire découvrir son histoire. Une histoire comme il en existe beaucoup. Marthe, la maman de Nathan est atteinte d'un mal incurable et ne pourra pas rester encore très longtemps sereine et sur d'elle.

Nathan s'est éloignée de sa famille en pensant échapper aux maux, aux secrets, aux non-dits qui entoure ce cercle familial. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir souvent entendu dire qu'il ne fallait pas fuir mais plutôt affronter pour construire ensuite son avenir.

Gabrielle Tuloup explore ainsi les psychologies des personnages de manière pudique je trouve au départ et puis avec plus de force ensuite. J'ai senti que la carapace de Nathan s'effritait mais sans casse brutale. Rien de très flagrant au début mais la sensibilité change, les mots écrits pour dire les sentiments sont plus doux aussi. Au cours du récit Nathan quitte le jugement pour parvenir à l'affect.

L'enfant et la mère sont comme deux étrangers et puis en faisant chacun un pas, la glace se brise. Marthe a eu une formidable idée en laissant à Nathan des courriers dans lesquels elle s'exprime. Parfois j'ai eu envie de dire "enfin vous vous parlez !".

Je n'étais pas particulièrement pressée de découvrir ce roman car il en émanait, en première impression, quelque chose de triste et douloureux. Je n'avais pas envie de vivre ça et d'imaginer que cela pourrait arriver à un de mes proches. Mais, malgré un temps parfois plus ou moins long de réflexion, je ne suis pas quelqu'un qui renonce.

Et puis comprendre ce que les deux parties peuvent ressentir, vivre, dire, penser, m'attirait. Comprendre le monde dans lequel j'évolue est une motivation intarissable chez moi alors je me suis plongée avec curiosité dans le texte.

Alzheimer, est un sujet que l'on ne retrouve pas très souvent en littérature, comme un tabou un peu et pourtant c'est le deuxième livre où je trouve de l'espoir à la lecture. Le premier était "Mademoiselle, à la folie" qui évolue dans un autre environnement.

J'ai trouvé de l'espoir car même si Alzheimer est au cœur du livre, ce n'est pas ça qui le rend marquant. Non ce qui rend ce livre touchant, poignant c'est de voir que le temps perdu entre deux êtres, les rendez-vous manqués, les mots qu'on ne dit pas et qui pourtant auraient changés les choses bien avant forment un mélange d'émotions qui finalement abouti à une ouverture sur la compréhension, la découverte parfois et surtout l'amour qui n'a jamais cessé d'être présent entre une maman et son fils ! L'amour entre Marthe et Nathan a toujours été sous-jacent, intuitif mais rarement dit.

Cette lecture n'est pas une lecture feel-good on s'en doute bien mais il n'empêche qu'elle reste une lecture intéressante et surprenante !

Merci les 68 premières fois !!!




Quelques infos sur l'auteur :



Gabrielle Tuloup est professeur agrégée de Lettres et slameuse.
Championne de France de slam 2010, elle utilise cette discipline pour transmettre son goût de la langue aux élèves du collège Diderot d’Aubervilliers.
 "La nuit introuvable" (2018) est son premier roman.

lundi 11 juin 2018

J'irai danser (si je veux)




Détails :

Auteur : Marie-Renée Lavoie
Nombre de pages :248
Editions : J'ai Lu (Lj)
Genre : Romance contemporaine


Résumé :
Diane danse comme une enclume, aime son intérieur et déteste les mariages. Surtout le sien. Son mari vient de la plaquer pour « quelqu’un d’autre » (sexe non identifié, mais prévisible, genre « maudite pétasse »). Désagrégée ou presque, Diane est secouée par sa meilleure amie. Celle-ci lui suggère de se remettre au plus vite sur le marché du sexe, en commençant tout doux par le « frenchage », le flirt. Mais sur qui pratiquer les premiers exercices en évitant trop de complications? Sur JP, bien sûr! Le charmant comptable du quatrième étage, marié et donc sans danger. Enfin, normalement…




Mon avis :


Un nouveau label chez J'ai Lu, vous étiez au courant ?
Si ce n'était pas le cas, maintenant sachez que J'ai Lu propose donc un label alliant la féminité, le romantisme, la comédie. Un vrai concentré de bonne humeur et une bonne dose de peps à chaque roman personne ne peut résister à ce cocktail explosif !

Pour commencer je suis donc partie au Québec pour découvrir cette femme, Diane, qui a tout pour être heureuse, un mari, des enfants, un job, une belle maison...

Le seul problème, c'est le grain de sable qui va faire s'enrayer le rouage bien huilé d'une vie tranquille. Pour Diane ce sont donc les montagnes russes qui démarrent. Dans son sillage, la présence de son amie Claudine, qui lui sera d'un grand secours car elle lui fera voir la vie d'une autre façon et va lui permettre d'aborder les bouleversements actuels d'une manière originale.

Ce roman est pétillant, rempli de situations amusantes. Il respecte les habitudes des romances contemporaines par le fait que Diane va évoluer au cours du récit passant d'une vie "routinière" à une vie faite de rebondissements divers et variés. Nous sommes en présence d'une femme moderne qui va faire de cette expérience un nouveau chemin de vie. Les thèmes abordés dans cet ouvrage sont ceux qui nous touchent et auxquels l'identification est rapidement possible : le couple, les enfants, l'amitié, le travail.

Avec Marie-Renée Lavoie, l'auteure, vous serez obligée de devenir bilingue car elle utilise beaucoup d'expressions québécoises (mais rassurez-vous elle a pensé à tout et un petit lexique vous aidera si besoin à traduire). J'ai trouvé ça plutôt amusant de découvrir un vocabulaire différent même si parfois cela n'a pas été évident de trouver par moi-même la signification... N'empêche qu'avec l'imagination de l'accent et du parlé québécois le texte prend une saveur bien particulière et cette lecture s'est donc révélée très originale pour moi !

Ce nouveau label me semble très prometteur, les auteurs sont dans l'ère du temps et proposent des romans savoureux que l'on peut aisément mettre dans sa pile à lire de l'été entre autres !


Voici le lien vers le site J'ai lu, label Lj : https://www.jailupourelle.com/collections/lj.html


Quelques infos sur l'auteur :


Marie-Renée Lavoie est née en 1974 dans le quartier Limoilou, à Québec.
Elle détient une maîtrise en littérature québécoise de l’Université Laval. Elle enseigne présentement la littérature au collège Maisonneuve.
Marie-Renée Lavoie est l'une de deux gagnantes de la 11e édition des Grands Prix littéraires Archambault.
 Elle se voit décerner le Prix de la relève pour son livre La petite et le vieux

mercredi 6 juin 2018

Imagine...que tu es dans la nature






Détails :

Auteur : Lise Bilien
Illustratrice : Stéphanie Desbenoit
Nombre de pages : 80
Editions : Flammarion Père Castor
Genre : Développement personnel


Résumé :
À travers sept voyages dans la nature, ce livre invite les enfants à s'apaiser et se relaxer. Des histoires à lire, à regarder et à écouter, qui sont comme un petit film à se faire dans la tête, pour permettre aux enfants de grandir en toute confiance.

S'imaginer dans la nature permet aussi d'être plus fort au quotidien!

7 histoires pour te détendre
Contient 1 CD audio. Durée d'écoute : 52 mn






Mon avis :


Enfin !


Jusqu'à présent (et surement qu'il en existe d'autres mais je n'ai pas trouvé) les livres proposés associaient postures de yoga et 1 ou 2 histoires types méditations mais chez moi c'était loin d'être suffisant.

J'ai commencé à pratiquer le yoga à 16 ans alors les postures j'en ai quelques unes en réserve et puis j'avais déjà trouvé un ouvrage présentant des postures plus adaptées aux enfants mais avec Romane nous voulions plus.


Ce qui me manquait vraiment c'était l'imagination pour lui proposer des petites méditations le soir au coucher.


Lorsque j'ai découvert cet ouvrage, je me suis littéralement jetée dessus, Romane s'est demandée ce qui m'arrivait dans le rayon enfants genre "mais c'est pas ma maman qui vient de faire "ah trop bien" à voix haute"...


Bref, j'étais vraiment ravie et j'avais hâte d'être dans la voiture pour mettre le cd qui accompagne l'ouvrage et nous faire une idée de ce qui est proposé.


Bon, ma vie perso on s'en fiche un peu n'est-ce pas ?

Passons au contenu alors...

Chaque histoire proposée démarre de la même manière, on s'installe et soit je lis à Romane, soit Romane me lit l'histoire, soit on écoute si on est toutes les deux dans le besoin de se calmer et se recentrer.


L'auteure nous emmène alors vers des univers précis avec des mots doux et des phrases simples tout en apportant une diversité lexicale très intéressante pour les enfants et des visuels très colorés et représentatifs des histoires :




Chaque histoire monte crescendo vers l'état de "méditation" et ensuite l'auteure arrive vers une conclusion sous forme de leçon de vie.


Les émotions sont vraiment variées au travers de ces histoires mais l'ensemble compose un ouvrage résolument optimiste et encourageant.


Ce qui a fonctionné avec Romane c'est aussi le fait de pouvoir les écouter seule et je me suis rendue compte que les émotions exprimées étaient différentes et pour certaines amplifiées. Un des textes évoque l'orage et lorsque c'est moi qui lui lis elle n'a pas peur mais en écoutant le CD elle m'a dit "j'ai peur"... pour finalement se rendre compte que le retour au calme arrivait suite à l'orage. Cela a permis d'amener plus d'échanges entre nous.

C'est un livre que nous gardons précieusement mais dont nous parlons facilement et souvent autour de nous !


Je garde en réserve le deuxième volume proposé "Imagine...que tu es un animal"


Quelques infos sur l'auteur :




Lise Bilien est professeur de Baby Yoga et de shiatsu-ki. Elle anime également des ateliers de shiatsu parent-enfant.

Quelques infos sur l'illustratrice :