lundi 18 juin 2018

D.R.A.M






Détails :

Auteur : Antony Altman
Nombre de pages :188
Editions : auto-édition
Genre : contemporain un brin futuriste, un brin introspectif


Résumé :
Paris, 1992. Gabriel est un jeune homme de 23 ans, lunaire et romantique, qui nourrit une passion détonante pour une héroïne de série télévisée des années 1970 mondialement connue. À ses yeux, l’actrice qui incarne le rôle représente l’idéal féminin. Aussi croit-il rêver lorsqu’un soir il fait la connaissance de Marzi, sa nouvelle voisine de palier, qui ressemble en tous points à son égérie.
Gabriel ne tarde pas à déclarer sa flamme à la jeune femme, qui de son côté ne reste pas insensible à ce garçon osant porter ses émotions et ses sentiments à fleur de peau. Mais voilà que le meilleur ami de Gabriel fait son apparition au beau milieu de cette romance naissante. Il s’appelle Sacha, possède le physique d’un apollon, le cerveau d’un docteur en mathématiques – ce qu’il s’apprête à devenir dès la fin de ses examens universitaires – et un charme ravageur. Bref, tous les ingrédients d’un suspense psychologique romantique.
Dans la réalité, tout se termine-il toujours aussi bien qu’à la télé ?

Avec ce premier roman d'amour, Antony Altman nous entraîne dans un univers à la fois poétique, drôle et cruel, et nous donne à vivre une merveilleuse romance ténébreuse dans laquelle l’expression « fou d’amour » prend tout son sens. Attention, coup de foudre… danger de passion détonante !







Mon avis :

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais Karine (la magicienne aux fiches magiques de la Maison de la presse à Mérignac) m'a fait parvenir un livre voyageur !

J'étais impatiente car avec Karine nous avons pas mal de lectures en commun et une proposition de lecture de sa part ne pouvait qu'augurer un bon moment de lecture.

Et ainsi j'ai commencé ma lecture...

Gabriel est un jeune homme moderne et sympathique. Il est méga fan (obsédé même) de la série "Super Jamie". Je connais un peu cette série mais j'avais l'appréhension de ne pas la connaître assez car nous avons régulièrement des références fréquentes à cette série.

Finalement, rien de gênant à être novice en "Super Jaimie" car rapidement nous flirtons avec l'inconscient de Gabriel qui part en exploration et à un moment j'ai même relu le résumé à l'arrière du livre car je me suis dit "c'est pas possible je perds la tête j'y comprends rien".

En fait, je pense que c'est normal...Gabriel fait la connaissance de sa voisine qui a une forte ressemblance avec Super Jaimie...alors surgissent en lui souvenirs et autres sentiments enfouis et bien cachés. Le joyeux bazar va donc s'installer dans sa tête et il lui faudra du courage pour en démêler les nœuds et remettre les choses à leur place.

C'est un roman d'amour ça je n'en doute pas du tout car Gabriel est fou de Marzi. Il se sent capable de faire n'importe quoi pour celle qu'il aime au risque d'y laisser des plumes.

J'ai trouvé cette histoire particulièrement originale. Des romans d'amour il en existe plein mais celle-ci nous emmène plus loin dans l'inconscient de l'humain. Avec Gabriel nous traversons les limbes secrètes du sentiment amoureux pour y trouver ce qui fait de nous l'être le plus faible lorsque l'on est face à l'AMOUR.

C'est un premier roman qui a le goût du "encore". J'aimerais lire à nouveau Antony Altman pour voir s'il continue d'explorer et nous faire part de sa connaissance de la psyché humaine ! Il y a tellement encore à dire sur nous...


A mon tour, je vais faire voyager le livre et je crois qu'il va partir vers le Sud ;)

Quelques infos sur l'auteur :




Passionné de psychologie et grand amateur de séries télé, Antony Altman est auteur d'un premier roman "D.R.A.M.: Mémoire vive", publié en 2015.

Il débute dans l’écriture par des textes de chanson, notamment le titre "Le t’aime" pour le duo Next Evidence, sorti chez Capitol EMI. Il est également lauréat d’un concours de poésie parisien, "Des rimes et des rames".

son site : http://antonyaltman.fr/
Twitter : https://twitter.com/altmanantony
page Facebook : https://www.facebook.com/antonyaltmanauteur/

jeudi 14 juin 2018

La nuit introuvable




Détails :

Auteur : Gabrielle Tuloup
Nombre de pages :160
Editions : Philippe Rey
Genre : Contemporain


Résumé :
Un premier roman virtuose sur la reconstruction du lien entre une mère et son fils.
Lorsque Nathan Weiss, 40 ans, expatrié en Slovénie, reçoit un appel téléphonique d'une inconnue, Jeanne Silet, il apprend que sa mère Marthe souhaite le revoir. Cette mère qu'il a oubliée à force d'indifférence depuis le décès de son père.
C'est ainsi que Nathan retrouve Marthe à Paris, atteinte d'Alzheimer, ne le reconnaissant plus vraiment. Mais, avant que la maladie n'ait progressé, elle avait confié huit lettres à Jeanne, avec pour instruction de les remettre à Nathan selon un calendrier précis. Nathan se sent manipulé par ce jeu qui toutefois va l'intriguer dès l'ouverture de la première lettre.
Ces textes d'une mère à son fils, d'une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu'elle formait avec son mari Jacques, sur la difficulté qu'elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu'il découvre ce passé familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé ?
Dans ce premier roman, d'une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l'émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire et leurs sentiments.







Mon avis :
Qui dit premier roman, dit première sensibilité avec l'écriture, dit première découverte d'un lectorat...

Gabrielle Tuloup propose comme thème de premier roman " la maladie d'Alzheimer".

Pas évident d'aller aborder un tel sujet lorsque les lecteurs ne sont pas encore "acquis" mais c'est aussi un gage de primeur et de nouveauté dans le champ littéraire.

Ainsi, Nathan s'invite chez vous pour vous faire découvrir son histoire. Une histoire comme il en existe beaucoup. Marthe, la maman de Nathan est atteinte d'un mal incurable et ne pourra pas rester encore très longtemps sereine et sur d'elle.

Nathan s'est éloignée de sa famille en pensant échapper aux maux, aux secrets, aux non-dits qui entoure ce cercle familial. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir souvent entendu dire qu'il ne fallait pas fuir mais plutôt affronter pour construire ensuite son avenir.

Gabrielle Tuloup explore ainsi les psychologies des personnages de manière pudique je trouve au départ et puis avec plus de force ensuite. J'ai senti que la carapace de Nathan s'effritait mais sans casse brutale. Rien de très flagrant au début mais la sensibilité change, les mots écrits pour dire les sentiments sont plus doux aussi. Au cours du récit Nathan quitte le jugement pour parvenir à l'affect.

L'enfant et la mère sont comme deux étrangers et puis en faisant chacun un pas, la glace se brise. Marthe a eu une formidable idée en laissant à Nathan des courriers dans lesquels elle s'exprime. Parfois j'ai eu envie de dire "enfin vous vous parlez !".

Je n'étais pas particulièrement pressée de découvrir ce roman car il en émanait, en première impression, quelque chose de triste et douloureux. Je n'avais pas envie de vivre ça et d'imaginer que cela pourrait arriver à un de mes proches. Mais, malgré un temps parfois plus ou moins long de réflexion, je ne suis pas quelqu'un qui renonce.

Et puis comprendre ce que les deux parties peuvent ressentir, vivre, dire, penser, m'attirait. Comprendre le monde dans lequel j'évolue est une motivation intarissable chez moi alors je me suis plongée avec curiosité dans le texte.

Alzheimer, est un sujet que l'on ne retrouve pas très souvent en littérature, comme un tabou un peu et pourtant c'est le deuxième livre où je trouve de l'espoir à la lecture. Le premier était "Mademoiselle, à la folie" qui évolue dans un autre environnement.

J'ai trouvé de l'espoir car même si Alzheimer est au cœur du livre, ce n'est pas ça qui le rend marquant. Non ce qui rend ce livre touchant, poignant c'est de voir que le temps perdu entre deux êtres, les rendez-vous manqués, les mots qu'on ne dit pas et qui pourtant auraient changés les choses bien avant forment un mélange d'émotions qui finalement abouti à une ouverture sur la compréhension, la découverte parfois et surtout l'amour qui n'a jamais cessé d'être présent entre une maman et son fils ! L'amour entre Marthe et Nathan a toujours été sous-jacent, intuitif mais rarement dit.

Cette lecture n'est pas une lecture feel-good on s'en doute bien mais il n'empêche qu'elle reste une lecture intéressante et surprenante !

Merci les 68 premières fois !!!




Quelques infos sur l'auteur :



Gabrielle Tuloup est professeur agrégée de Lettres et slameuse.
Championne de France de slam 2010, elle utilise cette discipline pour transmettre son goût de la langue aux élèves du collège Diderot d’Aubervilliers.
 "La nuit introuvable" (2018) est son premier roman.

lundi 11 juin 2018

J'irai danser (si je veux)




Détails :

Auteur : Marie-Renée Lavoie
Nombre de pages :248
Editions : J'ai Lu (Lj)
Genre : Romance contemporaine


Résumé :
Diane danse comme une enclume, aime son intérieur et déteste les mariages. Surtout le sien. Son mari vient de la plaquer pour « quelqu’un d’autre » (sexe non identifié, mais prévisible, genre « maudite pétasse »). Désagrégée ou presque, Diane est secouée par sa meilleure amie. Celle-ci lui suggère de se remettre au plus vite sur le marché du sexe, en commençant tout doux par le « frenchage », le flirt. Mais sur qui pratiquer les premiers exercices en évitant trop de complications? Sur JP, bien sûr! Le charmant comptable du quatrième étage, marié et donc sans danger. Enfin, normalement…




Mon avis :


Un nouveau label chez J'ai Lu, vous étiez au courant ?
Si ce n'était pas le cas, maintenant sachez que J'ai Lu propose donc un label alliant la féminité, le romantisme, la comédie. Un vrai concentré de bonne humeur et une bonne dose de peps à chaque roman personne ne peut résister à ce cocktail explosif !

Pour commencer je suis donc partie au Québec pour découvrir cette femme, Diane, qui a tout pour être heureuse, un mari, des enfants, un job, une belle maison...

Le seul problème, c'est le grain de sable qui va faire s'enrayer le rouage bien huilé d'une vie tranquille. Pour Diane ce sont donc les montagnes russes qui démarrent. Dans son sillage, la présence de son amie Claudine, qui lui sera d'un grand secours car elle lui fera voir la vie d'une autre façon et va lui permettre d'aborder les bouleversements actuels d'une manière originale.

Ce roman est pétillant, rempli de situations amusantes. Il respecte les habitudes des romances contemporaines par le fait que Diane va évoluer au cours du récit passant d'une vie "routinière" à une vie faite de rebondissements divers et variés. Nous sommes en présence d'une femme moderne qui va faire de cette expérience un nouveau chemin de vie. Les thèmes abordés dans cet ouvrage sont ceux qui nous touchent et auxquels l'identification est rapidement possible : le couple, les enfants, l'amitié, le travail.

Avec Marie-Renée Lavoie, l'auteure, vous serez obligée de devenir bilingue car elle utilise beaucoup d'expressions québécoises (mais rassurez-vous elle a pensé à tout et un petit lexique vous aidera si besoin à traduire). J'ai trouvé ça plutôt amusant de découvrir un vocabulaire différent même si parfois cela n'a pas été évident de trouver par moi-même la signification... N'empêche qu'avec l'imagination de l'accent et du parlé québécois le texte prend une saveur bien particulière et cette lecture s'est donc révélée très originale pour moi !

Ce nouveau label me semble très prometteur, les auteurs sont dans l'ère du temps et proposent des romans savoureux que l'on peut aisément mettre dans sa pile à lire de l'été entre autres !


Voici le lien vers le site J'ai lu, label Lj : https://www.jailupourelle.com/collections/lj.html


Quelques infos sur l'auteur :


Marie-Renée Lavoie est née en 1974 dans le quartier Limoilou, à Québec.
Elle détient une maîtrise en littérature québécoise de l’Université Laval. Elle enseigne présentement la littérature au collège Maisonneuve.
Marie-Renée Lavoie est l'une de deux gagnantes de la 11e édition des Grands Prix littéraires Archambault.
 Elle se voit décerner le Prix de la relève pour son livre La petite et le vieux

mercredi 6 juin 2018

Imagine...que tu es dans la nature






Détails :

Auteur : Lise Bilien
Illustratrice : Stéphanie Desbenoit
Nombre de pages : 80
Editions : Flammarion Père Castor
Genre : Développement personnel


Résumé :
À travers sept voyages dans la nature, ce livre invite les enfants à s'apaiser et se relaxer. Des histoires à lire, à regarder et à écouter, qui sont comme un petit film à se faire dans la tête, pour permettre aux enfants de grandir en toute confiance.

S'imaginer dans la nature permet aussi d'être plus fort au quotidien!

7 histoires pour te détendre
Contient 1 CD audio. Durée d'écoute : 52 mn






Mon avis :


Enfin !


Jusqu'à présent (et surement qu'il en existe d'autres mais je n'ai pas trouvé) les livres proposés associaient postures de yoga et 1 ou 2 histoires types méditations mais chez moi c'était loin d'être suffisant.

J'ai commencé à pratiquer le yoga à 16 ans alors les postures j'en ai quelques unes en réserve et puis j'avais déjà trouvé un ouvrage présentant des postures plus adaptées aux enfants mais avec Romane nous voulions plus.


Ce qui me manquait vraiment c'était l'imagination pour lui proposer des petites méditations le soir au coucher.


Lorsque j'ai découvert cet ouvrage, je me suis littéralement jetée dessus, Romane s'est demandée ce qui m'arrivait dans le rayon enfants genre "mais c'est pas ma maman qui vient de faire "ah trop bien" à voix haute"...


Bref, j'étais vraiment ravie et j'avais hâte d'être dans la voiture pour mettre le cd qui accompagne l'ouvrage et nous faire une idée de ce qui est proposé.


Bon, ma vie perso on s'en fiche un peu n'est-ce pas ?

Passons au contenu alors...

Chaque histoire proposée démarre de la même manière, on s'installe et soit je lis à Romane, soit Romane me lit l'histoire, soit on écoute si on est toutes les deux dans le besoin de se calmer et se recentrer.


L'auteure nous emmène alors vers des univers précis avec des mots doux et des phrases simples tout en apportant une diversité lexicale très intéressante pour les enfants et des visuels très colorés et représentatifs des histoires :




Chaque histoire monte crescendo vers l'état de "méditation" et ensuite l'auteure arrive vers une conclusion sous forme de leçon de vie.


Les émotions sont vraiment variées au travers de ces histoires mais l'ensemble compose un ouvrage résolument optimiste et encourageant.


Ce qui a fonctionné avec Romane c'est aussi le fait de pouvoir les écouter seule et je me suis rendue compte que les émotions exprimées étaient différentes et pour certaines amplifiées. Un des textes évoque l'orage et lorsque c'est moi qui lui lis elle n'a pas peur mais en écoutant le CD elle m'a dit "j'ai peur"... pour finalement se rendre compte que le retour au calme arrivait suite à l'orage. Cela a permis d'amener plus d'échanges entre nous.

C'est un livre que nous gardons précieusement mais dont nous parlons facilement et souvent autour de nous !


Je garde en réserve le deuxième volume proposé "Imagine...que tu es un animal"


Quelques infos sur l'auteur :




Lise Bilien est professeur de Baby Yoga et de shiatsu-ki. Elle anime également des ateliers de shiatsu parent-enfant.

Quelques infos sur l'illustratrice :



mardi 5 juin 2018

Pays provisoire




Détails :

Auteur : Fanny Tonnelier
Nombre de pages : 248
Editions : Alma
Genre : Historique


Résumé :
Amélie Servoz, jeune modiste d’origine savoyarde, n’a pas froid aux yeux. En 1910, elle rallie St-Petersbourg avec pour seul viatique, l’invitation d’une compatriote à reprendre sa boutique de chapeaux et un guide de la Russie chiné en librairie. Sept ans plus tard, la déliquescence de l’Empire l’oblige à fuir. Le retour, imprévisible et périlleux, lui fera traverser quatre pays, découvrir les bas-côtés de la guerre et rencontrer Friedrich...







Mon avis :
Partir à la découverte d'une nouvelle histoire avec les 68 premières fois c'est toujours un peu magique. Imaginer ce que les organisatrices ont pu choisir comme roman et au cours de la lecture chercher ce ou ces détails qui ont fait pencher la balance pour faire entrer le livre dans la sélection, c'est tout un programme.



Avec ce roman, j'ai franchi plusieurs frontières. Allez savoir pourquoi, j'ai toujours trouvé un peu compliqué les histoires se passant en Russie. La complexité des noms (moi qui n'arrive pas à retenir les prénoms des personnages je suis gâtée), les hierarchies familiales font que j'avais peu d'accroche pour ces romans.

Mais une lecture des 68 reste une lecture des 68 et c'est un gage de qualité pour moi donc j'ai ouvert ce livre sereinement !

Amélie (ça commence bien le prénom est facile à retenir) nous emmène avec elle dans un voyage passionnant vers la Russie pour ensuite revenir à ses premières amours pour enfin nous faire découvrir celui qui bousculera sa vie tout ça avec beaucoup d'autonomie.

Vous l'aurez compris, Amélie est une jeune femme dynamique et très moderne pour les années 1910. C'est particulièrement vrai lorsqu'elle se lance dans son périple pour rejoindre la Russie alors qu'elle est seule.

Elle va ensuite apprendre de manière concrète ce qu'est la vie avec son lot de joies, de craintes, d'angoisses, de peurs et de récompenses aussi.

Ce roman m'a beaucoup plu, bien plus que je ne l'avais imaginé. J'ai trouvé que cette jeune héroïne était courageuse et parfois même assez téméraire. Elle va aller vers des inconnus de manière spontanée et va persévérer dans ses choix, dans ses idées. J'aime beaucoup le ton qui est donné dans ce roman et qui m'a permis de me réconcilier un peu avec la Russie ;)

Le roman est très bien écrit et il se lit facilement. Je suis ressortie de cette lecture en ayant appris des choses et en étant charmée par cette femme qui narre sa vie de manière simple mais précise, qui évoque son passé et ses souvenirs avec une réflexion mûre et posée.

Une lecture dont je suis ressortie vraiment agréablement surprise et qui me laisse un doux souvenir, je suis ravie !

Quelques infos sur l'auteur :


  Fanny Tonnelier, née en 1948, vit à Cunault près d’Angers. Pays provisoire est son premier roman.

jeudi 31 mai 2018

Les rêveurs






Détails :

Auteur : Isabelle Carré
Nombre de pages :304
Editions : Grasset
Genre : Contemporain


Résumé :
Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.







Mon avis :
Ce roman fait partie de notre sélection de janvier 2018 pour les 68 premières fois.

J'attendais beaucoup de cet ouvrage. J'avais vu le passage d'Isabelle Carré dans l'émission "La grande librairie" et elle m'avait convaincue.

J'ai toujours une méfiance au début d'un récit de personnalité, peu importe que ce soit une comédienne, une politique ou autre. Ma méfiance tient dans le fait que je ne vois pas toujours l'intérêt de rajouter de la visibilité à des personnes qui en ont déjà et / ou parfois l'utilisation qui est faite de cette notoriété.

Après tout dépend de ce qui est évoqué et de la manière d'écrire bien sur, et cela n'engage que moi aussi !

Isabelle Carré nous livre avec ce premier roman, un récit de souvenirs, d'impressions, d'explications. Je pense qu'il s'agit d'un roman "pause" dans sa vie pour faire un point sur ce qui l'a construite.

Effectivement d'Isabelle Carré je ne retiens que son apparence lisse, sans défauts, elle paraît avoir toujours 25 ans, son sourire presque timide alors qu'elle a une carrière digne de ce nom, ses mots sont doux à l'entendre parler et moi j'ai eu la sensation que rien ne pouvait l'atteindre de manière extrême.

En fait, il n'en est rien. Elle a son lot de souvenirs douloureux et la description qu'elle fait de cette famille dans laquelle elle est née est tour à tour agaçante, touchante, profonde. Les faits énoncés dans ce roman paraissent presque improbable quand on voit la douceur d'Isabelle Carré lors de ses différentes apparitions.

C'est étonnant comme un roman peut semer le doute. Je n'ai encore pas su saisir, ressentir si ce livre m'a marqué parce qu'il m'a permis d'aller au-delà des apparences ou si je suis passée au-dessus de ce livre car finalement je n'en garde pas un souvenir impérissable. Je n'ai pas ressenti une grande empathie pour les différentes personnes présentes dans le récit, l'attachement m'a paru très secondaire finalement et c'est ce qui me gêne pour en faire une très belle lecture. Cependant l'écriture reste très agréable car je l'ai lu rapidement mais peut-être que l'auteure ne vas pas assez loin dans ses sentiments pour décrire les événements compliqués de sa vie, comme si elle aussi restait plus observatrice que actrice de ces instants. Au cours de certains passages je pense que je m'attendais à des mots bien plus forts et dérangeants. Mais lorsque l'on observe la personnalité de l'auteure, le texte est son parfait reflet et ainsi la cohérence est bien présente entre l'écrit et l'oral.

Ce livre me confirme une nouvelle fois qu'il ne faut pas se fier aux apparences et qu'il faut laisser l'esprit œuvrer pour faire la part des choses.

Pour finir je dirais que c'est un avis mitigé du coup pour cette lecture mais je suis curieuse d'avoir vos avis pour comprendre peut-être ce qui a pu m'échapper !





Quelques infos sur l'auteur :






Isabelle Carré est une actrice française, née le 28 mai 1971 à Paris. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans "Se souvenir des belles choses" ainsi que le Molière de la comédienne à deux reprises (en 1999 : Molière pour "Mademoiselle Else" et en 2004 pour "L'Hiver sous la table").



mercredi 30 mai 2018

La fille qui n'existait pas






Détails :

Auteur : Natalie C. Anderson
Nombre de pages :405
Editions : Pocket jeunesse
Genre : Jeunesse


Résumé :
Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d’un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d’un gang kényan, elle ne pense qu’à une chose : venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L’occasion se présente enfin quand on lui demande de s’introduire dans la luxueuse villa de ce dernier. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché… Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu’elle n’aurait jamais pu imaginer...




Mon avis :
Si vous souhaitez faire voyager vos ados sans débourser un centime (ou très peu finalement), alors ce livre est pour eux !

La couverture de ce livre ne m'a pas laissé présager que j'allais passer un si bon moment. Elle est très jolie mais je n'imaginais pas lire un thriller jeunesse en fait. J'étais dubitative comme diraient certains ! J'aime être bousculée dans mes certitudes littéraires donc dès le livre ouvert j'ai plongée !

J'ai donc pris la route avec Tina en essayant de m'immiscer rapidement dans son esprit afin de la comprendre. Tina n'a rien à voir avec une jeune "classique". Tina doit faire face à la dureté de la vie. Elle n'a plus de famille à part sa demi-sœur Kiki.

Tina est une jeune femme torturée. Elle souhaite venger la mort de sa mère qui a été assassinée. Elle est persuadée de connaître l'auteur de ce crime mais malgré son intelligence elle n'a pas toutes les cartes en main pour élucider ce mystère.

Avec l'aide de deux garçons en qui elle devra avoir confiance, Skinny et Mickaël, elle va aller jusqu'au bout pour arriver enfin à faire la lumière sur son histoire.

Suivre Tina c'est franchir les frontières de nos pays occidentaux pour partir à l'aventure dans un pays où certaines régions sont encore en guerre. Tina, au-delà de son histoire personnelle, nous fera état de ce qui se passe en Afrique.

J'ai été agréablement surprise par ce roman. Le résumé m'avait attiré mais sans plus et finalement j'ai trouvé une histoire construite, très intéressante. Tina est un personnage fort et puissant MAIS qui fait preuve de maturité et d'intelligence autant "technique" que émotionnelle.

L'histoire est particulièrement riche d'événements. Certains paraissent moyennement plausibles car j'ai eu du mal à imaginer une jeune ado obligée de subir et faire face à cette vie décrite vu son âge mais dans le récit évidemment la cohérence est là et l'ensemble donne un récit limpide et accrocheur.

Une lecture jeunesse qui plaira aux ados car il y a de l'action, du combat physique mais également du combat intérieur pour les personnages principaux, du courage, de l'amitié, de l'amour même...


Quelques infos sur l'auteur :

Natalie C. Anderson est une auteure américaine. Elle vit à Genève avec son mari. Mais vous pouvez parfois la croiser dans les montagnes en Caroline du Nord ou encore à Nairobi au Kenya. Elle a travaillé dans diverses ONG et aux Nations Unies sur les questions relatives aux réfugiés dans le monde entier, principalement en Afrique.

Voici l'adresse de son site : https://www.nataliecanderson.com/