vendredi 10 août 2018

Le monde de Lucrèce




Détails :

Auteure et illustratrice : Anne Goscinny - Catel
Nombre de pages : 192
Editions : Gallimard jeunesse
Genre : Jeunesse


Résumé :


Cette année, Lucrèce fait sa grande rentrée en 6e. Pas facile quand on a une mère archi débordée, un beau-père qui vous pique vos devoirs de maths, un demi-frère geek, un père artiste très abstrait et une grand-mère qui se prend pour une star de cinéma... Par bonheur, il y a Aline, Coline et Pauline : entre Lucrèce et les Lines, c'est amies pour la vie !

Entre copines, bestioles de compagnie et drôle de famille, la vie loufoque et tendre d'une nouvelle héroïne pleine de malice.






Mon avis :
Pour la deuxième fois, j'ai eu envie de participer à l'opération Partir en livre qui met à l'honneur la littérature jeunesse.

Vous pouvez retrouver des infos supplémentaires en cliquant sur le lien ci-après : https://www.youtube.com/watch?v=q7dsI4D9yW8

J'ai choisi de vous parler de ce livre que j'ai relativement peu vu sur les réseaux et qui pourtant le mériterait bien plus. (où alors je n'ai pas regardé aux bons endroits)

J'ai retrouvé Catel que j'avais déjà lue dans d'autres ouvrages et j'ai surtout découvert Anne Goscinny.

Ma sensibilité à la littérature jeunesse n'est plus à démontrer je pense, j'aime les propositions faites aux jeunes pour les amener à la littérature.

Dans cet ouvrage, je suis donc partie à la rencontre de Lucrèce, une jeune fille qui va faire sa rentrée en sixième. Qui dit sixième, dit grands bouleversements en général et Lucrèce n'échappera pas à cette règle. Elle va nous faire évoluer dans son monde spontanément, avec d'ailleurs un grand réalisme je trouve.

C'est une héroïne qui est très positive et qui véhicule une belle image. Elle est passionnée et passionnante, elle n'est pas dans le jugement mais dans l'envie d'évoluer.

Sa famille est plutôt très drôle, chacun a sa place et apporte des qualités supplémentaires à l'histoire. La mamie pompeuse et plutôt imposante est malgré tout attachante par exemple. Le cousin Nicolas n'est pas inintéressant non plus ;) .

Anne Goscinny et Catel ont dépeint une famille moderne avec les nouveaux codes que l'on retrouve dans la "vraie" vie. C'est un roman ouvert au monde et je pense que pour la suite il en sera de même.

Je suis ravie en plus d'avoir enfin le souvenir du prénom de l'héroïne, pour moi c'est un réel point positif car habituellement j'ai beaucoup de mal.

J'avais ce livre depuis un moment dans ma pile à lire (il était sur le dessus) mais je n'osais pas le lire… il était comme une promesse d'un très bon moment pour lequel je voulais un moment particulier. Les vacances me semblaient être ce bon moment pour apprécier cette lecture.

Je vous conseille ce livre si vous voulez proposer une histoire moderne, dynamique et riche de positif à un jeune à partir de 9 ans.

Les illustrations de Catel sont très jolies, comme d'habitude, et ajoutent un intérêt à la lecture, la construction de l'univers de Lucrèce se fait ainsi en douceur mais avec le bon dosage de couleurs régulièrement dans le récit.

Les pages défilent sans que l'on s'en rende compte et c'est bien dommage car je continuerai volontiers la découverte du Monde de Lucrèce.


Le volume 2 sort en Octobre 2018 je ne vous cache pas je suis pressée !


N'hésitez pas à participer au concours pour gagner des livres avec l'opération "Booktube et la blogoenlivre" : https://www.youtube.com/watch?v=7d5D7pU6axE


Quelques infos sur l'auteure et l'illustratrice :


Catel :

Catel Muller, diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg, débute sa carrière en publiant des albums pour enfants aux éditions Hachette, Épigones, Nathan, Dupuis et Hatier. Une sélection au festival international du livre de jeunesse de Bologne et une cinquantaine d’ouvrages illustrés jalonnent cette partie de son œuvre. Catel illustre également L’Encyclo des filles chez Plon qui s’impose comme un best-seller auprès des adolescentes depuis dix ans.


Anne Goscinny :
Anne Goscinny est une écrivaine française née le 19 mai 1968.
Fille de René Goscinny, Anne Goscinny est l’unique ayant droit de son père, dont elle gère toute l’œuvre.
Elle a fait toute sa scolarité au lycée Molière (Paris) et est titulaire d'un DEA de lettres modernes.
Parolière, elle est notamment l’auteur de chansons interprétées par Serge Reggiani[1].
Critique littéraire, elle a collaboré à de nombreuses publications dont Paris Match, Le Figaro Littéraire, L'Express, Le Magazine littéraire...
Elle a publié trois romans chez Grasset. Ses romans sont traduits à l’étranger, notamment au Portugal, à Taïwan, en Corée...
Pour son dernier roman Le Père éternel, elle a reçu le prix de la WIZO en 2007.
Elle est mariée à Aymar du Chatenet, ex-journaliste à la télévision, qui dirige aujourd'hui les éditions Imav.
 Parmi ses nombreuses activités, Anne Goscinny préside et organise le Prix René Goscinny, prestigieuse récompense attribuée à un scénariste de bande dessinée chaque année.

vendredi 27 juillet 2018

Des papillons dans le coeur




Détails :

Auteur : Petra Hülsmann
Nombre de pages : 358
Editions : l'Archipel
Genre : Contemporain


Résumé :
La vie de Lena est à son image : nette et rangée. Jusqu'au jour où, à la veille de ses 30 ans, alors qu'elle s'apprête à se marier, son fiancé Simon lui annonce qu'il est tombé amoureux d'une autre. Comme si ça ne suffisait pas, elle est virée de son travail suite à une étourderie.

Mais il en faut plus pour abattre la jeune femme. Pourtant, ses espoirs sont battus en brèche : elle qui espérait s'épanouir dans une agence de relations publiques, trouve un poste dans la petite librairie de son quartier, tenue par Otto, un vieil homme bougon.




Mon avis :
Trop beau pour être vrai !

L'histoire de Lena pourrait démarrer ainsi. Elle a tout pour être heureuse et elle s'apprête à vivre le grand événement de sa vie : son mariage ! Elle est entourée de sa famille et de ses amis dont notamment Ben, le meilleur ami de son frère et accessoirement le sien.

Jusque là tout va bien...mais n'oubliez pas qu'un grain de sable peut enrayer le mécanisme bien huilé et mettre à rude épreuve celui ou celle qui tente la réparation… En l'occurrence Lena va découvrir qu'elle n'est pas une jeune femme naïve et ignorante. Son destin va lui montrer qu'à force de persévérance et d'audace elle arrivera à vivre SA vie et pas une vie bien comme il faut juste pour rentrer dans les moules.

D'ailleurs Lena ne rentre dans aucun moule !

J'ai aimé ce livre car j'ai trouvé une écriture facile et plutôt directe. J'ai trouvé que l'histoire était très sympa car nous assistons aux changements dans la vie de Lena, le sourire est là, les émotions aussi un peu et puis je me suis identifiée à Lena pour le coté professionnel aussi… trouver un job dans une librairie, le rêve ! J'ai aussi aimé le fait qu'elle soit curieuse, motivée, patiente et avec Otto ils forment un super duo !

Peut-être que certains passages vers le milieu ne sont pas indispensables dans l'avancée du roman. Mais en même temps ils reflètent la réalité. Lena ne va pas tomber amoureuse du jour au lendemain par exemple. L'auteure nous laisse donc languir sur ce qui va advenir de la relation de Lena avec Ben, son ami mais aussi colocataire. Ne croyez pas que cela sera facile de savoir ce qu'ils vont devenir car ils sont meilleurs ennemis depuis belle lurette. D'ailleurs à certains moments je crois que si j'avais été Lena j'y serai allée encore plus franco dans les réparties… ;)

J'ai aussi aimé ce livre pour sa couverture, des livres, un chat ça ne pouvait que me convenir.


L'ensemble de l'ouvrage m'a donc plu et je l'ai lu au bon moment car pas de prise de tête, une histoire dans laquelle je suis vite rentrée et que je n'avais pas trop envie de lâcher !






Quelques infos sur l'auteur :



Petra Hülsmann commence sa carrière dans un cabinet d'avocats.
Son premier roman, "Des papillons dans le cœur" (Hummeln im Herzen, 2014), est devenu un bestseller en Allemagne où ses romans occupent régulièrement la première place des meilleures ventes du Spiegel.
son site : http://petrahuelsmann.de/
page Facebook : https://www.facebook.com/Petra-H%C3%BClsmann-761147677271415/

mercredi 25 juillet 2018

Une immense sensation de calme


Détails :

Auteur : Laurine Roux
Nombre de pages : 121
Editions : du Sonneur
Genre : Contemporain, presque un conte


Résumé :
Alors qu'elle vient d'enterrer Baba, sa grand-mère, et qu'elle arpente un monde à la croisée du réel et de l'imaginaire que traversent les plus curieuses légendes, une jeune fille, la narratrice, fait la rencontre d'un être sauvage, magnétique, étrange et taciturne, presque animal : Igor, qui livre du poisson séché à quelques vieilles femmes isolées dans la montagne. Avec lui elle connaîtra l'amour, décuplé par une nature étonnamment vivante et par tout ce que la jeunesse porte d'insolence.





Mon avis :

Avec l'aventure des 68 premières fois, j'ai pris l'habitude de me laisser guider par les choix des fées qui lisent pour nous et qui nous proposent les sélections d'une saison à l'autre.

J'ai donc aussi pris l'habitude d'être prise au dépourvue… Lorsque je fais, seule, mes propres choix de lectures, je vais facilement dans ma zone de confort. Or, les 68 c'est tout l'inverse, tu découvres des pépites que tu n'aurais jamais vu autrement (bien que je sois souvent dans des endroits remplis de livres qu'on appelle librairies ;) ).

Dans "Une immense sensation de calme" j'ai découvert une femme aux antipodes de ma vie, de nos vies modernes.
Elle est à la croisée des mondes et vit dans un univers totalement étranger à mes connaissances. Un monde où les hommes et les femmes sont solidaires de ceux qui sont "prisonniers" de la nature, du climat etc... Les valeurs ancestrales sont présentes et font que cette femme va poursuivre ce qu'on lui a inculqué : aider son prochain.

Elle fera la rencontre d'un homme qui changera son destin et pour qui elle se révélera.

C'est tout ce parcours initiatique à la limite de l'onirisme parfois que nous suivons dans ce premier roman.

En lisant le résumé, je me suis dit que ça allait être vite lu et que ça ne me plairait pas forcément, un monde trop "reculé" avec une histoire d'humains hors du temps presque.

En fait, ma surprise est montée crescendo au fil du livre. Je l'ai lu vite, certes, car le nombre de pages était peu important mais je l'ai lu avec un plaisir certain.

J'ai été étonnée de mes réactions car sincèrement les mots et les idées m'ont comme envoutée. Je crois que ce qui m'a plu c'est la communion des humains avec la nature malgré sa dureté, le respect, la saveur et la singularité de la vie. C'est un texte que j'ai presque assimilé à un conte car j'étais parcourue par une sensation inhabituelle de calme alors que finalement le roman n'a rien de feel-good par exemple.

C'est une histoire qui est magique car elle est capable de nous emmener dans une contrée inconnue car peu d'éléments pour situer le lieu, avec une héroïne dont nous ne saurons pas le nom mais qui sera l'atout majeur de cette histoire, et avec des émotions atypiques mais marquantes.

Finir la saison sur ce roman c'est un cadeau fantastique que m'a fait Eglantine. Merci ! 



Quelques infos sur l'auteur :



Laurine Roux est une professeur de lettres modernes et auteur française.
 Elle écrit des nouvelles et a reçu en 2012, le Prix International George Sand. Elle publie dans des revues, notamment «L'Encrier renversé» et la «Revue Métèque» et tient un blog du nom de "Pattes de mouche et autres saletés"

Lectrice de Giono, de Cendrars (dont elle fit l'objet de ses études universitaires) ou de Sylvie Germain, elle s'inspire de ses voyages dans le Grand Est glacial pour écrire ses premiers romans marqués, sauvages, organiques, non exempt de lyrisme ni de poésie.

lundi 23 juillet 2018

Fille du silence




Détails :

Auteur : Carole Declercq
Nombre de pages : 256
Editions : Terra Nova
Genre : Contemporain


Résumé :
Sous le soleil de plomb sicilien, Rina a vécu une enfance pleine de violence et de non-dits dans une famille différente des autres. Une famille gangrenée par la mafia, où les hommes disparaissent parfois mystérieusement, où la plupart des femmes sont veuves ou orphelines.

Lorsque le père de Rina, le « parrain » du village, est assassiné, le monde de l’adolescente s’effondre complètement. Doit-elle vraiment se résigner et accepter son destin, comme sa mère le lui demande ? Et son frère, le seul homme encore vivant de sa famille, finira-t-il lui aussi enterré dans un terrain vague ?

Pour Rina, c'est hors de question. Alors, elle va mener sa propre vendetta. En brisant la loi du silence, elle va s’attaquer au fragile équilibre qui avait jusqu’alors cimenté son existence. Au risque de faire voler en éclats sa vie et celle de sa famille...


Pour échapper à son destin, elle est prête à tous les sacrifices.




Mon avis :

Le blog sera en pause estivale à partir de vendredi mais avant il fallait que je vous parle d'un livre.

Il s'agit du troisième roman de Carole Declercq et dans ce livre, Carole nous entraîne en Sicile pour découvrir une jeune femme, Rina.

Rina nous fait découvrir la vie sicilienne avec pour trame de fond la mafia. C'est un monde dur et qui n'accorde que très peu de place aux sentiments. Rina devra donc toujours faire plus pour dépasser ce qu'on veut lui attribuer comme destin. Elle est le reflet d'une nouvelle génération.

Saura t'elle toujours faire les bons choix et se protéger ?

Rina fait partie de ces personnages que l'on oublie pas car elle est l'incarnation de la Volonté, de la Motivation et de l'Espoir.

J'ai trouvé ce récit très accrocheur car il met en avant l'âme et peu importe les difficultés rencontrées, ce qui compte c'est l'objectif vers lequel on tend.

L'écriture est riche et le texte limpide. J'ai aimé les passages descriptifs car ils placent les lieux, les personnages avec précision. Je ne suis jamais allée en Sicile et pourtant j'ai eu l'impression d'être aux côtés de Rina. Parfois on tremble, parfois on rit, parfois on aime et surtout on garde en tête que nous sommes les propres artisans de notre destin.

Le message de Rina est très fort. Elle fait comprendre que tout peut changer même si la crainte, l'angoisse restent omniprésentes. Rina a du faire face à des événements compliqués et durs dans sa vie de jeune fille, elle verra disparaître ceux qu'elle aime. Pour briser les tabous et les violences elle partira en quête de réponses et de soutiens. Le découragement semble parfois pointer le bout de son nez mais Rina, grâce à ceux qui l'entourent correctement, trouvera la lumière et l'envie de continuer son combat. Les juges qu'elle va côtoyer au cours de son périple pour la vérité sont justes extraordinaires. Ils gardent leurs convictions et les défendent jusqu'au bout.

De cela, Rina en gagnera une force incroyable. Elle prendra appui sur ces personnes de confiance pour avancer dans sa bataille personnelle.

Mais paradoxalement cela reste une histoire qui est sombre et douloureuse car la vie de cette jeune fille est faite d'obstacles et de difficultés et pourtant elle fait preuve de son courage et de sa détermination à chaque page.

Les émotions ressenties à la lecture de ce livre sont très diverses et surtout en opposition par moments ce qui rend l'ensemble très fort et marquant. J'ai voulu jusqu'au bout croire qu'un ailleurs était possible mais il m'a fallu accepter la décision qu'avait prise Rina et que Carole Declercq a écrit avec une infinie tendresse à mon sens… Cela n'enlève rien à l'aspect douloureux mais les mots posés sont beaux, les phrases sont pleines de poésie…

J'ai beaucoup aimé aussi la mise en avant de la féminité dans ce livre. Ce n'est pas ce qui transparaît en premier puisqu'il s'agit d'un destin et surtout d'une lignée familiale mais malgré tout Rina représente la combativité et la cassure de l'omerta familiale. Elle est et restera "celle qui a osé" !

Une recette qui a totalement fonctionnée avec moi. Un coup de cœur pour cette histoire mais aussi pour cette auteure que je suis avec beaucoup de plaisir.

Je vous conseille fortement de glisser cette lecture dans votre PAL d'été s'il vous reste de la place.



Quelques infos sur l'auteur :






Agrégée de lettres et de langues anciennes, Carole Declercq, est enseignante. Avec « Ce qui ne nous tue pas… » elle signe un premier roman d’une plume brillante et intimiste.
Elle est professeur de français dans un collège Nord-Isérois. Declercq est son nom de plume emprunté à sa grand-mère originaire du Nord de la France. Elle a écrit avant ce roman, un cycle d'aventures racontant l'histoire d'un petit romain et de son esclave grec. Ce roman est toujours dans ses placards en attente d'être publié. Passionnée par l'histoire, Carole Declercq a longtemps hésité entre cette matière et le Français.

jeudi 19 juillet 2018

Fatigue




Détails :

Auteur : Léonard Anthony / Dr Adrian Chaboche
Nombre de pages : 324
Editions : Flammarion / Versillio
Genre : Essai / Développement personnel


Résumé :
30 000. C'est en moyenne le nombre de jours que nous passons sur terre. En connaissance de cause, souhaitons-nous vraiment continuer à épuiser nos journées en les enlisant dans des habitudes contraires à notre épanouissement ?
Nous sommes fatigués de trop travailler ; fatigués de ne pas trouver le sommeil ; fatigués de chercher l'âme-soeur ; fatigués d'élever des enfants qui deviendront des adolescents épuisants ; fatigués de lutter contre les maux et les douleurs ; d'être disponible en permanence, smartphone à la main...
Et si nous faisions de notre fatigue une alliée ?
Dans ce voyage au coeur de la fatigue, Léonard Anthony, avec Adrian Chaboche, propose d'aller à sa rencontre plutôt que de la combattre.




Mon avis :
Si déjà lire le titre du livre vous donne envie de bailler, sachez que vous avez choisi le bon ouvrage pour découvrir d'où vient votre fatigue !

Je lis finalement assez peu de documentaires ou essais car il n'est pas toujours si évident de lire d'une traite un livre évoquant un sujet en particulier, surtout s'il y a beaucoup de conseils et qu'on sait d'avance qu'on ne les écoutera pas…

Alors, avec un peu d'appréhension, je me suis lancée dans cet ouvrage.

Léonard Anthony nous propose une approche simple et concrète de cet état que nous connaissons tous : LA FATIGUE !

Rien de scientifique, ou si peu, pour nous expliquer que cette fatigue que nous ressentons est présente pour une bonne raison : nous avertir et nous mettre en garde.

L'être humain veut à tout prix être le plus performant possible à l'heure actuelle. Dans ce livre, Léonard Anthony met clairement en évidence que si nous ne respectons pas ce corps dans lequel nous habitons, rien ne se passera comme prévu.

Son propos est très nuancé car il admet que chacun de nous souhaite le meilleur pour lui-même et qu'en même temps nous allons contredire ce souhait à la première occasion qui se présente : faire "juste" un peu de temps en plus au travail un jour, deux jours, 3 mois, 1 an etc... (ceci n'est qu'un exemple, il ne reflète bien sur pas la réalité ;) )

J'ai donc trouvé ce livre très percutant car il frappe là ou ça fait mal, n'importe qui se reconnaîtra dans un ou l'autre des exemples donnés par l'auteur. Nous sommes tous vulnérables et dès lors que nous voulons mettre en oeuvre une connaissance plus approfondie de notre être, il faut s'attendre à des surprises.

Je me suis dit que cette lecture était tombée à point nommé car nous sommes proches des vacances d'été et il faut donc admettre que notre corps a besoin de se retrouver, de ne rien faire aussi, et que notre tête doit accepter de se laisser guider par l'instinct plutôt que par la bienséance ou les obligations.

J'ai trouvé des exemples et des idées pour explorer un peu plus ce qui parfois m'épuise, me rend plus fragile. Attention, je ne dis pas que cela résout tout car je crois qu'il faut vraiment un accompagnement plus poussé pour pouvoir agir. Mais je sais que certains outils sont à notre disposition et notamment certains que j'aime déjà beaucoup comme le yoga ou la méditation.

Ce livre est très intéressant car il n'est pas rempli de termes incompréhensibles au commun des mortels et il n'est pas non plus moralisateur. M'aurait-il réconcilier avec les essais et autres documents ?

Une lecture d'avant vacances qui peut permettre de prendre conscience de la richesse des ressources de notre corps pour tenter de mettre en application au bord de la piscine, ou à la plage ou dans son jardin etc...


Quelques infos sur l'auteur :



Léonard Anthony, dont la famille est originaire de Pondichéry, est chef d’entreprise, éditeur, auteur, et compositeur. Il a été initié il y a plus de vingt ans à la pratique de la méditation et du Yoga Nidra en Inde du Sud. La réflexion qu’il mène autour des questions liées au développement personnel est régulièrement nourrie de ses échanges avec les auteurs publiés au sein de la maison d’édition Versilio qu’il a cofondée avec Susanna Lea.
Sa rencontre et la formation qu’il a suivie avec le philosophe et hypnothérapeute François Roustang marquera un tournant décisif dans la conception qu’il a de ces disciplines ; elle l’amènera à ouvrir de nouvelles voies au sein de sa pratique qu’il nomme Auto-développement et à fonder Mediphi.
Il est coauteur de plusieurs livres dont : "Fatigue", Être là" , "Votre Kama Sutra - Inspirez vos désirs". Ses livres sont publiés aux éditions Flammarion | Versilio, Pocket et Robert Laffont.

lundi 16 juillet 2018

Qui je suis






Détails :

Auteur : Mindy Mejia
Nombre de pages : 396
Editions : Mazarine Thriller
Genre : Thriller


Résumé :
Ce roman retrace la dernière année de la vie d'Hattie Hoffman, dont le corps poignardé a été découvert dans la petite ville tranquille de Pine Valley. Bonne élève, cette jeune fille sage et apparemment sans histoire entretenait une relation secrète, dont la révélation aurait eu des conséquences désastreuses.







Mon avis :
Je suis ravie de découvrir un thriller de chez Mazarine, je crois que c'est le premier chez eux que je lis.

Je ne suis pas spécialiste des thrillers dans la mesure où s'il y a trop de noir ça ne me va pas… En même temps vous me direz un thriller c'est rarement un feel-good book. Bref, étant habituée à la qualité des ouvrages de chez Mazarine, c'était quasi une certitude que j'allais passer un bon moment.

J'ai donc découvert Hattie et sa vie de jeune fille. Rien n'est banal dans cette histoire car Hattie est une jeune femme très intelligente malgré ses 17 ans. Elle vit dans un endroit où tout le monde se connaît et l'impression qu'aucun secret ne peut exister reste très présente au fil de la lecture. Régulièrement on se dit qu'on va trouver avant les enquêteurs celui qui a osé touché un cheveu de Hattie…

Cette histoire est perturbante car au début j'ai presque failli trouver un peu de longueurs au texte, mais finalement l'auteure est aussi douée que son héroïne pour nous laisser croire que nous menons la danse. Finalement les détails et autres descriptions sont très utiles et surtout elles indiquent le chemin à prendre pour trouver la vérité...encore faut-il avoir envie de la voir !

Arrivée aux 3/4 du roman j'ai pensé avoir trouvé le coupable du crime commis sur Hattie. Et j'en suis restée persuadée jusqu'aux dernières pages tellement le récit était convaincant SAUF qu'il y avait des détails à prendre en compte…

Je suis donc ressortie de cette lecture très ravie car la construction du récit a permis de me tenir en haleine jusqu'au bout pour savoir ou toucher du doigt la vérité. La psychologie des personnages est très intéressante également car il n'y a pas seulement un bon et un méchant, il y a aussi toute la dimension de chacun, son univers, sa construction depuis l'enfance. Chaque rouage est important et permet aussi de comprendre ce qui se trame dans les esprits. Les conséquences des actes aussi sont mises en avant dans ce récit et nous oblige à une remise en question...nos faits et gestes ont une valeur !

C'est un très bon moment de lecture et je vous la conseille pour cet été sans problème !



Quelques infos sur l'auteur



  Mindy Mejia est écrivain.

Diplômée d'un BA à l'Université du Minnesota et d'un MFA à l'Université Hamline, elle a travaillé comme gestionnaire de crédit.

Elle est auteure des nouvelles publiées dans diverses anthologies dont "Things Japanese: A collection of short stories" (2009) et "Atria Mystery Sampler 2016" ainsi que dans THIS Literary Magazine.

"The Dragon Keeper" (2012) est son premier roman, suivi de "Qui je suis" (Everything You Want Me to Be, 2017).

Mariée et mère de deux enfants, elle vit à Minneapolis–Saint Paul dans le Minnesota.

son site : http://mindymejia.com/
Twitter : https://twitter.com/mejiawrites?lang=fr


mercredi 11 juillet 2018

L'échange




Détails :

Auteur : Rebecca Fleet
Nombre de pages : 315
Editions : Robert Laffont / La bête noire
Genre : Thriller


Résumé :
« PERSONNE NE VIT AINSI…À MOINS D’AVOIR QUELQUE CHOSE À CACHER. »Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l’occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse y habiter. Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu’elle aurait préféré garder enfouis. Et à présent, cette personne se trouve chez elle…







Mon avis :
L'échange est un livre qui, socialement parlant, est sorti à la bonne période. De quoi se mettre des frissons pendant une période de canicule. Enfin en lisant le résumé c'est ce qu'on peut penser.

Echanger sa maison le temps d'un été est une aventure originale et enrichissante, dans le principe…

En pratique, l'échange peut s'avérer perturbant, vicieux et intrusif. Caroline et Francis vont en faire l'expérience un peu à leurs dépens. Chacun vit avec ses secrets mais lorsque Caroline va comprendre que les siens sont connus d'une autre personne, son sang va quelque peu se figer. A elle de voir ce qu'elle souhaite faire de ses découvertes et jusqu'où iront les conséquences de ses actes.

C'est un roman qui s'annonçait très prometteur, une intrigue plutôt originale en apparence et des personnages bien installés.

Et puis, on entre vite dans la vie de Caroline et Francis car ils ressemblent à M. et Mme Tout le monde finalement. Une vie plutôt ordinaire, des défauts de chaque côté, des qualités également, des habitudes, des certitudes...une vie remplie en somme.

J'ai eu plusieurs ressentis lors de ma lecture. Un enthousiasme au démarrage le temps que l'auteur pose les scènes, les idées, les personnages. Puis un déclin car finalement il n'y avait pas de rebondissements spectaculaires. Et finalement, un regain de motivation dans le dernier tiers du livre car l'intrigue commençait à se démêler. Je n'ai pas été captivée au point de ne pas lâcher le livre un seul instant mais le fait que l'auteure alterne les chapitres selon les points de vue des personnages m'a permis de garder un intérêt régulier pour ce livre.

C'est donc une lecture globale mitigée car je m'attendais à quelque chose de plus dynamique. Oui j'ai été surprise par le dénouement car je ne l'avais pas vu arriver mais je pense que le début était trop long. La mise en place de l'univers m'avait fait perdre le sentiment de crainte. Je n'avais plus le sentiment qu'en tournant une page j'allais avoir le palpitant à fond d'un coup. Alors quand la fin s'est présentée j'étais calme au lieu d'être sur mes gardes.

Je me suis rendue compte que c'était un roman à lire l'été.
Il est intéressant donc on veut savoir ce qui va se passer mais si jamais vous loupez quelques lignes car trop occupé à regarder votre voisin / voisine de plage ce n'est pas grave, vous pouvez reprendre le fil de la lecture tranquillement sans avoir rater un épisode.

Un livre qui se lit bien et vite (tout dépend combien de temps vous restez sur le sable évidemment…)

Quelques infos sur l'auteur :


Rebecca Fleet a fait ses études à Oxford et travaille dans le marketing à Londres.
"L'Échange" (The House Swap, 2018) est son premier roman.
 Twitter : https://twitter.com/RebeccaLFleet?lang=fr